29/06/2015

Evidemment c'est la " dictature " européenne qui est responsable de la faillite grec

Quand j'entend par certains que la Grèce défend sa souveraineté contre la dictature de l'Union européenne car celle-ci lui demande des comptes pour embourser ses dettes que la Grèce en est la seule responsable on se demande qui prend les gens pour des cons? La Grèce a non seulement adhéré à l'UE de son plein gré  mais  elle a en plus signé des traités comme ceux des critères de Maastricht sur la maîtrise des déficits et de l'endettement publique que la Grèce n'a au final pas du tout respecté. On peut reprocher  à l'Union Européenne sa complaisance sur le creusement de la dette grec qu'elle à laissé s'aggraver en toute connaissance de cause; mais la faillite de l'état grec c'est l'état grec qui en le principal responsable.

Le référendum organisé par le gouvernement gauchiste Syriza pour refuser de pays ses dettes à ses créanciers est un bon moyen du gouvernement pour légitime  sur le dos du peuple le vol pur et simple de l'argent prêté à l'état grec qui était destiné à financer ses dépenses publiques. Faut pas être naïf pour croire que Syriza est un amoureux de la démocratie. Il est certain que le jour où Syriza votera des lois en sa faveur et non en faveur du peuple, il ne faudra pas compter sur l'organisation d'un quelconque référendum.

Que la Grèce dégage de l'Union européenne en cas de oui des grecs pour ne pas rembourser ses dettes. ça évitera aux autres de continuer à payer dans le vide un gouvernement de voleur. Quelle reprenne sa monnaie dévaluée qui ne servira à pas grand chose si ce n'est à renchérir les importations. Une monnaie dévaluée quand on est pas une économie exportatrice ne sert à rien. Le gouvernement grec hors de l'UE pourra continuer à dépenser sans compter avec une population qui voudra vivre à la dolce vita tout en voulant le niveau de vie des allemands ou des suisses. C'est du reste l'une des causes qui fait que la Grèce coule. On ne peut pas être riche en ne foutant rien.

D.J

19:31 Écrit par Dominique Jordan dans Economie, Monde | Lien permanent | Commentaires (11) | | | | | |  Facebook

27/06/2015

Deash, Al qaeda et l'islam radicale en général, perdront à terme le guerre...

...comme ont perdu toutes les idéologies totalitaires. L'état islamique de par sa brutalité inouïe n'aura jamais à sa cause la majorité des habitants du monde musulman; même parmi certains islamistes radicaux. Deash n'a pas les mêmes capacités militaires et politiques comme l'avaient l'URSS de Staline ou l'Allemagne d'Hitler pour aliéner et réprimer aussi durement et durablement une frange importante au sein de toute une population. L'armée de Deash est une armée bien plus faible qu'il n'y parait. Si les armées de Deash gagnent beaucoup de terrain par des victoires militaires c'est que l'occident qui le combat en fait le strict minimum. N'oublions pas aussi que L'Allemagne nazie avait aussi signé des victoires éclatantes au début de la guerre pour ensuite la perdre définitivement quand le reste du monde avant décidé de passer à l'offensive. Hitler gagnait au début car le monde libre comme aujourd'hui c'était résigné à combattre le mal à la racine dés le début. 

La vitesse de cette défaite de Deash va bel et bien dépendre de la volonté de ses ennemis à le combattre. L'occident a malheureusement  repoussé à plusieurs années cette défaite de l'islamisme radical pour s'être résigné à en faire le minimum et cela surtout depuis qu'un irresponsable et un faible siège à la Maison blanche. Il faudra espérer que  le réveil ne tarde pas trop. Le dernier attentat terroriste avec décapitation d'une victime en France à Saint-Quentin-Fallavier nous montre que l'on est plus à l'abri nul part des actes barbares et que l'on est bien en guerre contre la branche radicale de l'islam.

Malheureusement dans cette guerre contre cette islam radicale, les ennemis ne sont pas que des islamistes. En occident il y a une frange non musulmane  qui se comporte comme de vrai collabo rendant service aux islamistes. Je commencerais par l'exemple de certaines personnes qui sévissent sur les blogs de la Tribune de Genève et qui se reconnaîtrons si ils lisent ce billet; car se sont les pires ennemis du monde libre dans leurs comportements de collabos envers l'islam radical. Ces gens là tiennent un jour des discours anti-islamisme radicale pour ensuite un autre jour devenir leurs amis comme quand ils rendent les islamistes radicaux totalement innocents dans l'élaboration des attentats de 11 septembre de part leur délire sur les théories du complot. Ils rendent ainsi service aux terroristes islamistes. Ces derniers se trouvent des avocats et peuvent donc continuer à assassiner des civiles puisque leurs avocats collabos occidentaux font porter le chapeau aux gouvernements et services secrets occidentaux.

 Ces collabos deviennent aussi les amis des islamistes radicaux en défendant la cause palestinienne par haine envers l'état d'Israël en devenant les idiots utiles du Hamas. Ce dernier exemple de collaboration avec l'ennemi islamiste radical est le sport favoris des gauchistes occidentaux et des extrémistes de droite comme Soral ou des fous furieux comme Thierry Meyssan qui a fait allégeance aux islamistes du Hezbollah.

Ce type de collabos sont les plus dangereux, car ils changent souvent de camps en retournant leur veste quand cela les arrange idéologiquement.  Les islamistes radicaux  eux au moins ils annoncent directement la couleur sans en changer en cour de route.

Dans cette guerre contre l'obscurantisme de l'islam; l'occident doit se passer des cinglés islamophobes extrémistes  qui mettent dans le même panier du radicalisme, les islamistes radicaux avec la totalité des musulmans; surtout ceux qui sont pratiquants. Ce collectivisme stupide ( digne de l'idéologie nazie qui collectivisait des groupes d'individus pour les haïr en masse ) fait perdre de vue la vraie menace islamique. Ces personnes ciblent ainsi n'importe qui; c'est à dire tout le monde aveuglément au lieu de cibler les radicaux et leurs chefs. Là aussi certains se reconnaîtront en lisant ce billet. L'occident devrait aussi se passer de la résistance des lâches. Cette résistance des lâches, ce sont ces anti-islamistes qui vont jusqu'à agresser physiquement ou oralement des femmes voilées qui plus est accompagnées de leurs enfants. Bref choisir lâchement les plus faibles à défaut d'avoir les couilles pour aller directement s'en prendre aux prêcheurs radicaux et à leur adeptes.

W.Bush un peu pessimiste avait bien dit que la guerre contre la terreur allait durer des décennies. Mais c'était sans compter qu'il ne savait par  que son successeur allait se comporter comme un antiaméricain et un pourfendeur du monde libre. Obama est peut-être aussi considéré comme un collabo comme d'avoir cru que tendre la main aux islamistes ferait que ces derniers deviendraient nos amis.

Les meilleurs alliés de l'occident contre l'islam radical sont probablement les musulmans non radicaux; car ceux-ci existes, même chez les pratiquants qui pratiquent leur religion à des degrés divers contrairement à ce que certains islamophobes extrémistes prétendent. Ces musulmans dont on oublie aussi qu'ils sont les principales victimes de l'islam radicale. Ils ont le devoir de rejeter ceux qui leur font le plus de tort. Le jour où ils le feront en masse ce sera une grande victoire.

Aujourd'hui cette guerre est plus à son début que vers sa fin. La défaite à terme de cette nouvelle idéologie totalitaire dépendra de la volonté de tous à la combattre. Pour l'instant on se résigne trop au minimum. On risque de subir des années encore très difficiles.

D.J

 

21:32 Écrit par Dominique Jordan dans Intégrisme, Monde, Résistance, totalitarisme | Lien permanent | Commentaires (2) | | | | | |  Facebook

26/06/2015

France: les taxis bénéficient d'une économie monopolistique de rente qu'une libéralisation mettrait à mal

Avant-propos de D.J 

Les chauffeurs de taxi en France ont probablement gagné leur bras de fer contre la société lowcost Uber avec la bénédiction d'un gouvernement qui aura eu dans cette affaire un comportement digne d'une dictature communiste bien française.

Bien française  car les gouvernements en France ont pris l'habitude de plier face aux grévistes voyous qui usent de violences en détruisant ou en tabassant ce qui ne leur plaît pas pour se défendre de ce qui menacent leurs privilèges. Privilèges protégés par l'état. La France du président Hollande s'est mis du côté des chauffeurs de taxi voyous en déclarant dissoudre une bonne fois pour toute Uber du territoire français. Il y aura probablement aucune inculpation contre les organisateurs des manifestations et des grèves des chauffeurs de taxi malgré qu'ils ont violé allègement le code pénal par des actes d'agression sur autrui.

Les chauffeurs de taxi pourront ainsi continuer à faire bénéficier leur privilèges et non leur clientèle en ayant simplement éliminé une concurrence " dite " déloyale. J'étais il y a encore peu d'accord sur le principe de concurrence déloyale en rapport sur le coût des licences que doivent débourser ceux qui désirent faire chauffeurs de taxi  leur profession par rapport à Uber qui ne sont pas soumis aux même règles pour exercer et que le mieux serait que l'état libéralise carrément le marché du taxi en abolissant ces licences onéreuses des taxis officielles pour le permettre d'être concurrentiel à ces nouveaux acteurs du marché lowcost. Et bien ces licences des taxis officielles qui coûteraient 200'000 francs à celui qui désire être chauffeurs de taxi ne serait pas si onéreuses que ça comme l'explique Aurélien Veron président du parti libéral démocrate  qui est probablement le seul parti en France réellement libéral.

Ce qui pourrait expliquer pourquoi les chauffeurs de taxi officilelles préfèrent éjecter du marché Uber plutôt que de demander à l'état d'alléger leur condition financière pour affronter la nouvelle concurrence.  Pour se garder une économie de rente et un monopole protégé par l'état.

D.J

 

Abrogeons les mesures de la loi Thévenoud qui entravent l’amélioration du service par les VTC et la reconnaissance des services entre particuliers du type UberPop !

Par Aurélien Véron.
Un communiqué du Parti Libéral Démocrate

logo-uberpop (Crédits : Uber, tous droits réservés)

 

UberPop vient compléter une offre de transports individuels encore très insuffisante. Du moment que les prestataires individuels sont assurés et déclarent les revenus tirés de cette activité, rien ne justifie leur interdiction. Aux clients de trancher !

Les taxis nous expliquent qu’ils achètent leur licence jusqu’à 200.000 euros aux revendeurs. Ils oublient de rappeler qu’ils bénéficient en contrepartie de privilèges importants : stationnement exclusif abondant, accès aux couloirs réservés, maraude, sachant que toutes les licences ont été émises gratuitement par les pouvoirs publics, et que les bénéfices tirés de la spéculation sur leur cours ne sont pas imposables.

Comme d’habitude, un secteur strictement encadré par l’État fournit aux consommateurs un service si mauvais qu’ils se précipitent sur la première proposition permise par une libre concurrence. Au lieu de penser au prochain domaine dans lequel il démontrera une fois de plus son incompétence, l’État doit assurer avant tout les tâches basiques qui lui sont dévolues par la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen, notamment la protection des biens et des personnes.

J’enjoins fermement le gouvernement à protéger les citoyens contre les violences et exactions commises par les chauffeurs de taxis qui se comportent en voyous. Nombre d’artisans taxi ont amélioré la qualité de leur service, certains ont étoffé leur offre en disposant de VTC en plus de leur(s) taxi(s). L’avenir est à l’amélioration de l’offre, pas au saccage des concurrents, ni au mépris du client.

Le Parti Libéral Démocrate demande l’abrogation des mesures de la loi Thévenoud qui entravent l’amélioration du service par les VTC et la reconnaissance des services entre particuliers du type UberPop.

http://www.contrepoints.org/2015/06/26/212101-legalisons-...

 

18:29 Écrit par Dominique Jordan dans Economie, Monde | Lien permanent | Commentaires (0) | | | | | |  Facebook

22/06/2015

La guerre de la gauche contre les noirs en Amérique

unnamed

Guy Millière – Je venais à peine de rentrer d’un séjour d’une semaine à Los Angeles, pour un colloque international, lorsque j’ai reçu un appel téléphonique de BFM Télévision. J’ai appris ainsi la tuerie qui avait eu lieu à Charleston quelques heures plus tôt.

Le pluralisme à la française, c’est 99,9% de pensée unique

J’ai été surpris qu’on me demande de commenter, dès lors que je suis sur les listes noires de toutes les télévisions françaises. J’en ai déduit que les commentateurs habituels n’étaient pas disponibles, et j’ai accepté. Le pluralisme à la française, c’est 99,9% de pensée unique et monolithique, et 0,1% de pensée différente. J’ai occupé ces 0,1% et eu dix minutes d’antenne, pour dire ce qui me semblait devoir être dit. Les journalistes, très gentils par ailleurs, m’ont dit avoir beaucoup appris et être heureux d’entendre une analyse plus profonde que celles qu’ils entendent en général. Des décisions prises au dessus d’eux ont fait que mes propos n’ont pas été repris une seule fois ensuite sur ce qui est une chaîne d’information continue où, pourtant, les journaux se répètent. Les 0,1% étaient passés. Les spécialistes de la spécialité représentant les 99,9% restant étaient de retour, et ont tenu les discours débiles et désinformateurs habituels, jusqu’en cet instant. Il est très facile d’être spécialiste de la spécialité : il faut simplement ne pas penser et tenir des propos aussi profonds que l’eau coulant d’un robinet d’eau tiède, sans jamais tenir compte des faits (je plains les gens qui se pensent informés par les spécialistes de la spécialité).

Venons en donc aux faits, et à ce que j’ai pu dire une fois, mais une fois seulement sur BFM Télévision (que je remercie au passage, malgré tout) :

 

 

  1. La tuerie de Charleston est bel et bien un acte raciste commis par un jeune blanc américain de 21 ans, imprégné d’idées abjectes. Dans toute société, il y a des gens imprégnés d’idées abjectes, et qui passent à l’acte : le plus souvent de nos jours, ces gens sont islamistes, il arrive qu’ils ne le soient pas, et sur ce plan Anders Breivik a tué bien davantage que Dylann Roof.
  2. Le tueur de Charleston ne représente en aucun cas la subsistance d’un racisme anti-noir qui resterait prééminent au sein de la société américaine, et particulièrement prééminent dans le Sud.La société américaine aujourd’hui est une société essentiellement aveugle aux couleurs de peau, et dans laquelle le racisme est devenu épiphénoménal. Un sale type comme Dylann Roof est une exception à la règle, y compris dans le Sud.

    Les Etats Unis sont très loin de l’époque du Ku Klux Klan, vraiment très loin. Le racisme qui me semble prévalent aux Etats Unis aujourd’hui est celui qui imprègne les noirs vivant dans les quartiers appelés « ghettos », qui vivent dans une contre-culture imprégnée de détestation envers tout ce qui est « blanc ». Ce racisme anti-blanc fait des noirs concernés des gens qui se marginalisent socialement, et glissent vers la violence, les gangs et le crime.

     

    La très grande majorité des crimes et délits commis aux Etats-Unis le sont par des noirs et les noirs représentent plus des deux tiers de la population carcérale américaine.

     

    Cela explique que la très grande majorité des crimes et délits commis aux Etats-Unis le sont par des noirs, et que les noirs représentent plus des deux tiers de la population carcérale américaine.

    Cela explique aussi que les deux tiers des enfants noirs naissent dans des familles monoparentales où il y a la mère, mais pas de père.

    Cela explique en outre que la quasi-totalité des victimes noires d’assassinat sont tuées par d’autres noirs (ce qu’on se garde bien de dire en France) : les assassinats de noirs par des blancs sont une minuscule exception (ce qui ne les rend pas moins tragiques), les assassinats de noirs par des noirs sont la règle, les assassinats de blancs par des noirs sont bien plus nombreux que les assassinats de noirs par des blancs.

  3. Ce que je viens de dire se retrouve en Caroline du Sud : l’Etat a deux sénateurs, l’un blanc, Lindsey Graham, l’autre noir, Tim Scott, tous deux républicains. Il a une femme gouverneur, Nikki Haley, d’origine indienne, républicaine également. Il est difficile de décrire comme un Etat raciste un Etat qui a une femme gouverneur d’origine indienne, et un sénateur noir, alors qu’il compte vingt sept pour cent de noirs dans sa population, pas davantage.Certes, Nikki Haley et Tim Scott sont républicains, ce qui ne peut que déplaire à la gauche. La Caroline du Sud a connu ces derniers temps des vagues d’agressions de blancs par des noirs, et c’est un Etat où les assassinats de noirs par des noirs ou de blancs par des noirs sont bien plus nombreux que les assassinats de noirs par des blancs.
  4. Ce qui vient de se passer s’inscrit dans un contexte où les tensions raciales ont été soigneusement attisées par l’occupant de la Maison Blanche et ses deux Ministres de la Justice successifs, Eric Holder, et Loretta Lynch.

    Barack Obama a mis de l’huile sur le feu dès le début de son premier mandat et n’a pas arrêté depuis

     

    Comme je l’ai dit à la télévision, Barack Obama a mis de l’huile sur le feu dès le début de son premier mandat et n’a pas arrêté depuis. Dans des dossiers tels que le dossier Trayvon Martin, en Floride, ou le dossier Michael Brown, dans le Missouri, il a rajouté des louches d’huile, et placé l’agression d’un vigile par un jeune noir américain, puis celle d’un policier américain par un jeune criminel noir dans la catégorie des actes racistes anti-noirs, et, plutôt qu’appeler au calme, et à l’ordre, comme ce devrait être son devoir, a dit comprendre les manifestants tout en désapprouvant les émeutes, ce tout en sachant que les manifestants étaient, pour la plupart, des émeutiers. Il a « racialisé » des faits divers qui n’avaient rien de racial, accusé les blancs, incriminé les forces de l’ordre. Cela s’est reproduit dans ce qui a conduit aux récentes émeutes de Baltimore, ville où, depuis les émeutes et l’incrimination sans fondements de la police, la criminalité a plus que doublé parce que la police renonce souvent à intervenir sur les scènes de crime.

    Obama a reçu très souvent Al Sharpton à la Maison Blanche et a appuyé l’action de celui-ci, qui est le pire semeur de troubles raciaux aux Etats Unis aujourd’hui, et un raciste anti-blanc (et un antisémite) avéré.

    Toutes les émeutes noires des six dernières années sont de la responsabilité d’Obama, tout comme toutes les incriminations émises contre une police américaine raciste et censée être « anti-noire ».

    Dire, comme cela se fait en France, qu’Obama n’en a pas fait assez pour lutter contre le racisme aux Etats Unis relève de la falsification : Obama en a fait beaucoup pour le racisme anti-blanc, pour attiser la haine anti-blanche chez les noirs des « ghettos », et pour attiser chez ces mêmes noirs la haine anti-policiers. Les résultats sont là. Que des gens déjà racistes commettent ce qui vient d’être commis à Charleston peut être vu comme un effet secondaire, et comme un abominable dommage collatéral. Il faudra du temps pour réparer les dégâts commis par Obama, et si Hillary Clinton était élue, les dégâts s’aggraveraient.

  5. En conformité avec ce qu’il est, tout en disant déplorer le massacre de Charleston, Obama a tenu des propos scandaleusement biaisés.Il a incriminé les armes à feu, oubliant une fois de plus comme le fait la gauche sans cesse, que les armes à feu ne tirent pas seules et doivent être actionnées par un tireur. Il a ajouté que seuls parmi les pays développés, les Etats Unis connaissaient des massacres du genre de celui commis à Charleston : il montre ainsi sa haine de son propre pays, et sa profonde myopie, puisqu’il oublie outre Anders Breivik, les actes commis par Mohammed Merah, Medhi Nemmouche, les frères Kouachi, Amedy Coulibaly. Il n’a pas dit un mot sur les noirs tués par d’autres noirs, par dizaines depuis le début de l’année aux Etats Unis.
  6. Les spécialistes de la spécialité français ont, bien sûr, parlé comme Obama, qui est leur maître à (ne pas) penser, à l’évidence, et ils ont incriminé les armes à feu, la prééminence des massacres aux Etats Unis, le racisme anti-noirs, etc.
  7. Ce qui doit être ajouté est que le droit de porter des armes existe depuis la fondation des Etats Unis, que ce droit permet d’éviter que les armes soient le monopole des policiers, de l’armée et des criminels, qu’il en résulte une possibilité pour les citoyens honnêtes de se défendre contre les agressions. Il en résulte aussi un surcroît de morts par armes à feu, mais ce surcroît est très largement constitué de victimes de règlements de compte entre gangsters. Les cas où un policier tue sont en général des cas où une personne qui a commis un crime n’obtempère pas aux ordres d’un policier. La quasi-totalité des massacres, et celui commis à Charleston n’est pas une exception, sont commis dans des zones où le port d’armes à feu est interdit : si un membre de l’église visée à Charleston avait eu une arme et l’avait utilisée, Dylan Roof serait mort, il y aurait eu bien moins de victimes, et le dossier serait clos. Des pasteurs aux Etats Unis disent vouloir que le port d’arme soit plus répandu dans les églises et les temples : ils ont raison. Dylann Roof a pu recharger son arme cinq fois à Charleston, c’est cinq fois de trop.
  8. J’ai appelé cet article « La guerre de la gauche contre les noirs en Amérique » parce que cela me semble correspondre à la réalité.

    Au nom de la « guerre contre la pauvreté », la gauche américaine a mis en place des subventions qui n’ont pas fait reculer la pauvreté

    Au nom de la « guerre contre la pauvreté », la gauche américaine a mis en place des subventions qui n’ont pas fait reculer la pauvreté, mais ont multiplié les familles noires monoparentales, augmenté considérablement le nombre de noirs vivant dans des « ghettos », créé un terreau favorable aux gangs et au crime chez les noirs. Cette politique, mise en place sous Lyndon Johnson, n’a jamais été vraiment remise en cause depuis. Il en a résulté une « contre-culture » noire extrêmement destructrice pour la population noire. Cette « contre-culture » a été sans cesse regardée d’un œil favorable par la gauche, qui a détourné le regard du nombre de morts noirs qui a été la conséquence. La gauche américaine est responsable de l’existence des « ghettos », de la criminalité noire, de la destruction de la famille chez les noirs, de la mentalité d’assistés chez tant de noirs, de la haine anti-blanche et anti-policiers chez les noirs. Elle est responsable du nombre de noirs criminels, du nombre de noirs en prison, du nombre de noirs tués par d’autres noirs, entre autres. Quand j’entends des gens de gauche aux Etats Unis déplorer le « racisme » dans leur pays, j’ai un sentiment de dégoût. Quand j’entends des spécialistes de la spécialité en France parler comme les gens de gauche aux Etats Unis, je me dis que je suis bel et bien de retour en France, un pays où il n’y a pas de chaîne telle que Fox News pour donner des informations dignes de ce nom, et où je dois m’estimer heureux quand je peux disposer de 0,1% de temps de parole, car le plus souvent, c’est zéro pour cent.

 

 

Cet article vous a intéressé ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Guy Millière pour Dreuz.info.

PS J’ajouterai que les parents des victimes de Dylann Roof ont, le lendemain de la tuerie de Charleston, tenu des paroles de compassion qui incarnent ce qu’il y a de meilleur dans la culture chrétienne, et montrent qu’au sein même de la communauté noire, il existe des gens porteurs d’éthique : ces gens incarnent une Amérique que les Barack Obama, Eric Holder, Loretta Lynch, Al Sharpton, n’ont pas réussi à détruire.

Tags: 

http://www.dreuz.info/2015/06/21/la-guerre-de-la-gauche-c...

20:00 Écrit par Dominique Jordan dans USA | Lien permanent | Commentaires (4) | | | | | |  Facebook

17/06/2015

Traité transatlantique : de l’inquiétude aux fantasmes

Publié Par Trop Libre, le 5 mars 2015 dans Économie internationale

Par Corinne Deloy.

Stop Tafta 10 octobre 2014 Paris credits  Elias Sh (CC BY-NC-SA 2.0)

Stop Tafta 10 octobre 2014 Paris credits Elias Sh (CC BY-NC-SA 2.0)

 

Exploitation du gaz de schiste, autorisation des OGM, normes alimentaires et environnementales revues à la baisse, menaces sur les services publics. Voici selon certains partis politiques et plusieurs ONG quelques exemples de ce qui nous attend dès que l’Europe aura ratifié le traité de libre-échange entre l’Europe et les États-Unis (Transatlantic Trade and Investment Partnership, TTIP). Ces peurs sont l’expression d’une hostilité à la mondialisation, d’une méfiance envers les élites européennes et d’un antiaméricanisme toujours présent notamment dans la société française. Essayons d’y voir un peu plus clair dans les arguments mis en avant par les opposants et les partisans du traité.

La question des normes

Le texte, toujours en cours de négociation, suscite de nombreuses inquiétudes notamment au sein de la gauche européenne et de la société civile qui craignent que les règles de protection des citoyens soient les victimes collatérales de ce traité et que les Européens soient contraints de renoncer à leurs normes après son adoption. Certaines ONG accusent Washington de vouloir imposer ses normes à l’Europe, avant bien sûr d’y assujettir la planète toute entière. Les détracteurs du TTIP dénoncent un texte rédigé « dans l’intérêt des seules multinationales et contre ceux des citoyens, travailleurs et consommateurs »1.

Initiative lancée en 2011 dans un contexte de crise économique internationale, le traité vise à structurer le commerce mondial en créant un marché commun euro-américain de 820 millions de personnes dans lequel biens, services et capitaux pourront circuler librement.

Son objectif est moins de baisser les barrières douanières tarifaires, qui ont beaucoup diminué ces dernières années, que de réduire les obstacles non tarifaires à la libre circulation, notamment les règles imposées aux entreprises qui diffèrent de part et d’autre de l’Atlantique. Le traité doit donc permettre de travailler à une plus grande compatibilité des normes de chacun des deux ensembles ainsi qu’à une reconnaissance mutuelle des diplômes et des qualifications.

Le TTIP doit enfin et surtout s’attaquer aux secteurs non ouverts à la concurrence étrangère et devrait permettre aux entreprises européennes d’avoir accès– aux niveaux national et fédéral – aux marchés publics américains qui leur sont aujourd’hui fermés2.

Le texte comporte des garde-fous et garantit le respect de l’acquis européen comme des législations nationales des États membres en matière de normes sociales et environnementales. Le niveau de protection de l’Union européenne n’est donc pas a priori menacé.

Américains et Européens attendent de cet accord l’établissement d’un cadre réglementaire qui devrait dynamiser les échanges et les créations d’emploi et s’imposer au reste du monde. « Le TTIP offre une occasion unique de structurer la mondialisation d’une façon plus juste. Nous voulons instaurer des normes écologiques et économiques minimum pour le monde entier » a indiqué le ministre allemand de la Coopération économique et du Développement, Gerd Müller.

États-Unis et Union européenne représentent à eux deux la moitié du PIB de la planète et les deux tiers des dépenses d’innovation et de recherche ; leurs échanges constituent près du tiers des échanges mondiaux (30%). Les investissements américains en Europe s’élèvent à 150 milliards d’euros et les investissements européens au États-Unis, 123 milliards d’euros (chiffres de 2011).

Le tribunal arbitral international

Autre sujet de polémique : le mécanisme de règlement des différends entre États et entreprises. Ces dernières pourront, dans les cas où elles estimeront que le traité n’est pas respecté, poursuivre les États devant un tribunal arbitral international et non devant la justice d’un pays ou de l’Union européenne.

Pour les détracteurs du traité, ce mécanisme participe de l’édification d’une justice parallèle au profit des multinationales qui, disent-ils, par sa capacité à remettre en cause des choix qui ont été votés par les parlements nationaux met la démocratie en danger.

Le tribunal arbitral n’est pas une invention des capitalistes américains pour mettre l’Europe à genoux. Les premières structures de ce type ont été au départ mises en place il y a plusieurs années pour protéger les entreprises qui investissaient dans les pays du Sud dont les systèmes judiciaires n’étaient pas jugés suffisamment fiables. De très nombreux accords commerciaux bilatéraux prévoient le recours à ce type de tribunal en cas de conflit entre un État et une entreprise.

Il n’est pas certain que ces structures favorisent les entreprises par rapport aux États. Une étude de l’ONU a ainsi montré que les États étaient sortis « gagnants » des procédures menées par ces juridictions dans 42% des cas et les entreprises dans 31% des cas (les procédures restantes se sont conclues par des accords à l’amiable).

Néanmoins, il est vrai que les entreprises peinent souvent à obtenir gain de cause contre les États auprès des juridictions nationales et ont donc davantage à gagner que les États de l’établissement d’un tribunal arbitral devant lequel elles sont à égalité avec ces derniers.

Ces structures judiciaires n’offrent souvent pas de possibilité de faire appel mais la Commission européenne a proposé le mois dernier un mécanisme d’appel dans le TTIP.

Le TTIP, vecteur de croissance et d’emploi ?

De nombreuses ONG ou think tanks mettent en doute le fait que le traité aura des effets positifs sur la croissance et sur l’emploi. ATTAC affirme ainsi que celui-ci conduira au contraire à la destruction d’emplois, notamment dans le secteur de l’agriculture qui sera écrasé par la concurrence américaine. L’organisation met en avant l’exemple d’un autre traité, l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA)3, qui a eu des effets inverses de ceux attendus : selon une analyse de l’Economic Policy Institute, l’augmentation des exportations n’a pas compensé la concurrence exacerbée des importations de produits étrangers et l’ALENA aurait détruit 900 000 emplois.

La Commission européenne estime que le TTIP permettra un gain de croissance de 0,5% (à long terme). Celui-ci est évalué à 0,3% par le Centre d’études prospectives et d’informations internationales (CEPII) qui prévoit par ailleurs que le commerce bilatéral entre les deux ensembles augmentera d’environ 50% (+ 10% pour les exportations américaines et + 8% du côté européen). Les gains devraient être plus importants pour l’Allemagne et le Royaume-Uni que pour la France, qui devrait essuyer des pertes dans le domaine agricole.

Ce développement du commerce bilatéral pourrait conduire à des créations d’emploi mais les prévisions restent aléatoires en raison du manque de données.

Faire du traité un événement européen

L’Europe doit veiller, dans ses négociations avec les États-Unis comme plus largement dans son fonctionnement général, à accroître la transparence sous peine de voir s’accroître les fantasmes autour du TTIP comme la défiance des citoyens à son égard. La Commission européenne fait des efforts : elle a publié le mandat des négociations et communiqué plusieurs documents au parlement européen. La nouvelle commissaire européenne au Commerce Cecilia Malmström, qui a affirmé que l’Europe n’accepterait aucun compromis en matière de précaution, s’est engagée à accroître la transparence alors que les négociateurs s’abritent derrière les enjeux stratégiques du texte et la nécessaire protection des intérêts pour imposer la confidentialité.

Après sa finalisation, le TTIP devra être validé par les vingt-huit États membres de l’Union puis in fine par le parlement de Strasbourg. En 2012, l’Assemblée de Strasbourg avait rejeté l’accord commercial anti-contrefaçon (Anti-Counterfeiting Trade Agreement, ACTA), signé par les gouvernements des États membres. Nom initial du TTIP, l’accord de libre-échange transatlantique (Trans-Atlantic Free Trade Agreement, TAFTA) a d’ailleurs été modifié en raison de sa trop grande proximité avec celui de l’ACTA.

Comme le prévoit le traité de Lisbonne pour la ratification d’un accord qui dépasse les compétences communautaires, les parlements nationaux devront également être consultés. À travers ses représentants, le peuple européen aura donc bien le dernier mot.

Le 20 janvier dernier lors de son discours sur l’État de l’union, Barack Obama a indiqué qu’il allait demander au Congrès des États-Unis, à majorité républicaine, l’autorisation de négocier directement le traité (disposition appelée fast track)4. Américains et Européens en sont actuellement à leur huitième round de négociations. Le TTIP devrait être finalisé cette année ou au plus tard l’année prochaine. Le président américain aimerait certainement que la ratification ait lieu avant la fin de son mandat, soit avant la fin 2016.

Les États-Unis sont actuellement en train de finaliser, avec dix autres États, dont quatre pays d’Asie, trois d’Amérique latine, le Canada, l’Australie et la Nouvelle-Zélande, l’accord de partenariat transpacifique (Trans-Pacific Partnership, TPP), traité multilatéral de libre-échange qui vise à intégrer les économies de la région Pacifique. Une fois signé, celui-ci pourrait contraindre l’Union européenne ; c’est pourquoi Bruxelles doit veiller à ne pas laisser les négociations s’éterniser.

 

18:01 Écrit par Dominique Jordan dans Economie, Monde | Lien permanent | Commentaires (2) | | | | | |  Facebook

13/06/2015

Anti-TAFTA: manipulation gauchiste et peur irraisonnée

tafta.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'accord transatlantique entre l'Europe et les Etats-Unis met en ébullition les anti-TAFTA, persuadés que nous allons être empoisonnés par tout ce qui est alimentaire made in USA. Les anti-TAFTA nous ont brossé un tableau qui veut prouver que dans le pays de l'oncle Sam au niveau alimentation que l' on ne produit que de la merde contrairement au vieux continent. Mais à y regarder de plus près les choses sont à nuancer de beaucoup. Dans les dix pires scandales alimentaires dans le monde depuis 1980 six des dix scandales proviennent de l'Europe et les quatre autres de Chine. Aucun venant des Etats-Unis. on aurait pu y rajouter le scandale en Espagne en 1981 de l'huile frelatée qui fit plus de 20'000 victimes dont plusieurs centaines de décès. Bref si il y a bien une population qui doit se méfier d'une autre sur les questions alimentaires se sont bien les américains vis-à-vis des européens.

1  La vache folle - 1986 / 1996
Le premier cas d’encéphalopathie spongiforme bovine (ESB) est détecté au Royaume-Uni en 1986. Il s’agit de la maladie dite de la “vache folle”. Une infection mortelle traduite par dégénérescence du système nerveux central. L’infection touchera autour de 200 000 bovins, et se transmettra notamment à cause des farines animales consituées de carcasses d’animaux infectés et utilisées pour l’alimentation du bétail. Dix ans plus tard, en 1996 sont détectés les premiers cas de transmission à l’homme par le biais de la consommation de viande. C’est la maladie de Creutzfeldt-Jakob.

2 La contamination à la dioxine - 1999
Tout commence en mai 1999 en Belgique, lorsque sont détectés d’importants taux de dioxine dans les volailles et les oeufs. Les dioxines sont des polluants organiques classés cancérigènes qui proviennent pour la plupart de procédés industriels. À l’origine de graves dysfonctionnements des systèmes hormonal et immunitaire, elles contamines les farines destinées à l’alimentation des animaux. En 2008,  de la viande de porc irlandaise est rappelée à cause d'une concentration de dioxines jusqu’à 200 fois trop élevée. La même année, de la mozzarella italienne est touchée à cause de la contamination du lait des bufflonnes de la région de Naples dont l’environnement est infecté par les déchets. En 2010, ce sont les oeufs allemands qui sont contaminés.

3 L’épidémie de grippe aviaire - 2003
Apparue en Asie, la grippe aviaire se répand au Moyen-Orient, en Europe et en Afrique entre 2003 et 2006. La “grippe du poulet” alarme les autorités sanitaires. Parce qu’elle est transmissible à l’homme, l’OMS craint que la grippe aviaire n’entraîne une pandémie qui pourrait faire jusqu’à 100 millions de morts. Elle fait finalement 240 morts et oblige à abattre des millions d’animaux d’élevage.

4 Le lait maternel frelaté - 2008
Le scandale du lait maternisé à la mélamine éclate en 2008 et éclabousse l’entreprise chinoise Sanlu. En décembre 2007, le groupe reçoit des plaintes concernant son lait, qui rend les bébés malades. Ce n’est pourtant qu’en juin 2008 que Sanlu entame des tests qui révèleront la présence de mélamine dans le lait. Il s'agit d'un produit chimique qui entre dans la fabrication de résines et de colles. Le mélange tue au moins six enfants et fait 300 000 malades. La mélamine avait été ajoutée au lait pour simuler la richesse en protéines du produit. En 2009, l’ancienne PDG de Sanlu est condamnée à la réclusion à perpétuité pour avoir “produit et vendu des produits frelatés”, et trois personnes jugées responsables sont condamnées à mort.

5 Les graines germées contaminées - 2011
En mai 2011, une épidémie de gastro-entérites touche l’Europe. Les graves infections intestinales et les diarrhées sanglantes provoquées par la bactérie Escherichia coli, plus communément appelée E. coli, font une quarantaine de morts et près de 4 000 malades. On soupçonne dans un premier des lots de concombres biologiques espagnols. Des cargaisons de tomates et de salades sont également examinés et les autorités alertent alors sur la consommation de ces aliments crus. Mais l’analyse de milliers de fruits et légumes les mettent hors de cause. Le 10 juin 2011, les autorités allemandes annoncent avoir identifié l’origine de l’épidémie : des graines germées produites dans le nord du pays.

6 L'huile de caniveau en Chine - 2011
Plus de trois ans après la crise du lait frelaté, la Chine est éclaboussée par un nouveau scandale alimentaire. Il s’agit cette fois d’huile distillée à partir de restes prélevés dans le caniveau à la sortie de restaurants. Après avoir été alerté en mars 2011, le ministère chinois de la Sécurité publique ouvre une enquête avant d’arrêter 32 personnes en septembre. Depuis 2009, les suspects récupéraient l’huile en prétextant fabriquer des biocarburants, puis la revendaient en tant qu’huile alimentaire. Plus de 100 tonnes de cette huile frelatée sont découvertes par les autorités.

7 Le porc transformé en bœuf - 2011
En Chine encore, le ministère de l’Industrie et du Commerce découvre en 2011 que du porc, bon marché, est “transformé” en boeuf afin de vendre la viande plus chère. Pour cela, la viande procine est passée au borax, un minerai qui lui donne l’aspect et le goût du boeuf. Problème, cette substance qui entre dans la composition de pesticides et de détergents est strictement interdite à l’usage alimentaire puisque hautement cancérigène. Pour un enfant, cinq grammes peuvent être fatals. Selon les autorités, la viande analysée contenait jusqu’à 3,8 grammes de borax par kilo.

8 L’affaire Spanghero - 2013
Le scandale de la viande chevaline vendue à la place de la viande de boeuf dans de nombreux plats préparés éclate en Irlande, en janvier 2013, avant de toucher de nombreux pays européens, et plus particulièrement la France. Tout commence avec la découverte par les autorités irlandaises de hamburgers contenant de la viande de cheval non étiquetée. S’en suit une longue série de découvertes qui mettront en cause de nombreuses sociétés telles que Findus, Picard ou des marques de distributeur. Dans les lasagnes Findus au boeuf, on retrouve jusqu’à 100 % de viande de cheval. Comigel, la société qui produit les plats cuisinés, est alors montré du doigt avant qu'elle même n'accuse Spanghero, société française qui lui fournit la viande. Spanghero affirme alors avoir été dupé par ses fournisseurs Roumains. En septembre 2013, Jacques Poujol, directeur général de Spanghero, est écroué pour “escroquerie en bande organisée” et “faux et usage de faux”.

9 Les tartelettes Ikea aux matières fécales - 2013
Le 5 mars 2013, le géant suédois de l’ameublement annonce le retrait de ses cafétérias de tartes au chocolat présentant des traces de matières fécales. La contamination est révélée par les services douaniers chinois qui détruisent un lot de 1 800 pâtisseries contenant un niveaux excessif de bactéries coliformes. Distribuées dans 23 pays, plus de 6 000 parts de tartes potentiellement contaminées ont été vendues en France.

10 Les chevaux de laboratoire vendus en boucherie - 2013
Onze mois après l’affaire Spanghero, une information judiciaire s’ouvre sur un trafic de viande de cheval impropre à la consommation. En décembre 2013, un courrier anonyme dénonce la fraude d’un négociant de Narbonne qui réintroduirait des chevaux de laboratoires dans la filière alimentaire après avoir falsifié leurs carnets de traçabilité. Des centaines de chevaux ayant servi à des programmes scientifiques entre 2010 et 2012  se retrouvent alors sur les étals des boucheries. L’enquête met en lumière un trafic qui implique un marchand de chevaux dans le Gard, qui aurait racheté les animaux au laboratoire Sanofi-Pasteur avant de les revendre à la société de négoce narbonnaise.

 - See more at: http://www.bioalaune.com/fr/actualite-bio/11948/10-pires-...

Je terminerais pour rappeler cette escroquerie intellectuelle des gauchises anti-TAFTA qui nous bassines également qu'il faut produire et manger local au nom de la protection de l'environnement; trouvant aberrant de faire parcourir des milliers de kilomètres des produits alimentaires qui peuvent très bien être produites sur place. Mais en bon faux-cul, ces principes se sont vite envolés le jour où l'entreprise suisse Emmi décident de produire du gruyère aux Etats-Unis; c'est à dire de produire localement un produit que l'on fait parcourir des milliers de kilomètres pour alimenter le marché américain. Les amis du produire local se mirent à brailler en disant que c'est un scandales de produire un tel fromage aux USA ( dans un pays bien évidemment ennemi ) que cela va porter préjudice aux exportateurs de gruyère etc... ( taper sur Google Emmi gruyère USA ).

Bref cela démontre bien que le commerce mondiale doit fonctionner dans les deux sens pour être viable. Et que de vouloir uniquement de la production locale doit nous obliger à accepter la logique que si les autres font pareil c'est toute notre économie à l'exportation et des milliers d'emploi qui passeront à la trappe.   J'imagine pas le sandale de la part des anti-TAFTA le jour où les USA en feront de même que les anti-TAFTA en boycottant nos produits pour cause de scandales alimentaires à répétitions. Personne n'a prétendu que cette accord trans-atlantique était parfait. Mais ce qui est certain; le commerce mondiale a toujours fait profiter au plus grands nombre. Cela augmente la concurrence, ce qui oblige les acteurs économiques à être plus innovant. Et cela donnera un choix bien plus grand pour le consommateur. Le combat anti-TAFTA est le nouveau combat qui reprend les rênes de l'altér-mondialisme fait; combat menés par des anti-libéraux déçus du dénouement de la guerre froide avec l'échec du socialisme et des sociétés fermées. Anti-libéralisme et anti-commerce mondial rejoint également pas les extrémistes de droite. 

D.J

 

16:13 Écrit par Dominique Jordan dans Economie, Monde | Lien permanent | Commentaires (25) | | | | | |  Facebook

06/06/2015

6 juin 1944: encore merci les boy's

23:10 Écrit par Dominique Jordan dans Histoire | Lien permanent | Commentaires (14) | | | | | |  Facebook

05/06/2015

L'opérateur Orange se retire d'Israël, mais reste en Chine

Comme je ne suis pas abonné chez Orange, ça m'évitera de résilier un contrat. En Effet l'opérateur téléphonique Orange a décidé de retirer ses activités en Israël en protestation de la politique de l'état hébreux sur ses colonisations et son occupation des territoires palestiniens. Par contre Orange n'a pas cru bon d'en faire pareil en Chine en protestation de l'occupation illégale du Tibet et des violations des droits de l'homme par Pékin qui est en Chine le sport national du gouvernement. Probablement que pour Orange la dictature chinoise n'est pas assez sioniste ou juif contrairement à la démocratie israélienne.

Bref au moment ou les radicaux islamistes de Deash deviennent une  menace sérieuse pour toute la région; rien de plus intelligent  que de jouer les idiots utiles envers d'autres islamistes radicaux comme le Hamas, le Hezbollah et envers l'autorité palestinienne enfant des terroristes islamistes de l'OLP.

D.J

NB: aux dernières nouvelles, Stéphane Richard PDG de Orange dément que le groupe retire ses activités d'Israël. Affaire à suivre

 http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2015/06/06/97002-2015060...

19:49 Écrit par Dominique Jordan dans Monde, Politique, totalitarisme | Lien permanent | Commentaires (11) | | | | | |  Facebook

30/05/2015

Corruption à la FIFA: bof, pas trop grave

Quand je dit pas trop grave je veut dire que cette affaire de corruption qui secoue la FIFA n'est que la pointe de l'iceberg du cynisme de cette organisation. Cynisme qui consiste de plus en plus à déléguer l'organisation des coupes du monde à des pays qui sont soit peu fréquentables et corrompus: Qatar et Russie ou soit à des pays émergents: Brésil ou Afrique du sud en proie à de sous investissements publiques comme l'éducation ou comme en Afrique du sud avec l'expulsion et le déplacement de centaines d'habitants  mal ou pas du tout indemnisés pour permettre la construction de stades flambants neufs. On se rappel aussi tous du cynisme de Blatter qui en parlant des manifestants anti-coupe du monde au Brésil qui demandaient des écoles au lieu de stades qui ne seront utilisés que 1 mois que ces gens là ne comprenaient rien.

Cynisme encore bien pire de la part de la FIFA qui comme je l'ai dit délègue l'organisation à des pays corrompus et non démocratiques comme la Qatar et qui pour que les infrastructures soient prêtes pour le grand évènement ne lésine pas sur les mauvaises conditions de travail des ouvriers qui risquent chaque jour leur vie comme l'ont été les près de 400 travailleurs tués depuis le début des chantiers. Bilan bien plus scandaleux que ces affaires de corruptions dont les médias en font leur principales une des journaux. Alors que ce serait plutôt la façon dont sont traités ouvriers et populations pauvres de la part des pouvoirs publiques qui devrait déchainer les passions. Les médias en parlent certes; mais une fois que les compétitions de la coupe du monde commencent, les médias oublient tout du comment ont été scandaleusement construit les infrastructures sportives et qui parlent d'organisations magnifiques.

Le cynisme concernant les infrastructures sportives concernent aussi les pays développés comme la Suisse via les rejetons de la FIFA comme l'UEFA et les associations nationales qui régit le football dans leur pays respectif. Un cynisme sans borne des ces associations sportives dans l'exigence d'infrastructures aux normes que seuls eux décident et qui se font sur le dos du contribuables et dont les pouvoirs publiques s'en font leurs complice en s'y pliant par peur de voir leur équipe fétiche exclus des compétitions.  Des normes qui ne sont souvent plus à jour déjà après quelques années. On le voit avec le stade de Genève construit en 2008 pour l'Euro et déjà plus du tout dans les normes de l'UEFA et de la fédération suisses pour y organiser des rencontre internationales officielles. Ils s'en foutent c'est de toute façon l'état qui paie.

Je terminerais avec cette affaire de Corruption avec Vladimir Poutine qui nous la joue théorie du complot. Selon le président russe; les Etats-Unis qui ont inculpé les membres de la FIFA pour corruption n'a qu'un but. D'empêcher le réélection de Blater. ( Et bien c'est raté mon coco. ça doit bien t'emmerder que Blatter a été réélu  ) Le président russe accuse les USA de vouloir imposer sa justice hors de ses frontières. Mais Poutine en bel abruti qu'il est devrait avant de débiter ses théories du complot connaitre un peu la législation américaine en matière de corruption. Si une personne hors des Etats-Unis utilise une banque américaine ou un accès internet américain avec adresse sur sol US ( dans ce cas de figure il semblerait que cela se soit passé à New York ) la personne incriminée est en violation avec la loi américaine. Que l'on soit d'accord ou non avec cette loi ce n'est aucunement de l'ingérence américaine hors frontière illégale, mais bien une accusation d'un acte de complicité d'une personne concernant un délit lié avec une société américaine sur sol américain. Et que cette loi américaine s'applique non pas juste sur cette affaire de corruption de la FIFA; mais sur tout affaire de corruption quel qu'elle soit.  

http://www.rtl.fr/sport/football/fifa-des-hauts-responsab...

http://www.rtl.fr/sport/football/corruption-a-la-fifa-pou...

D.J

 

 

16:41 Écrit par Dominique Jordan dans Monde, Politique, Sports | Lien permanent | Commentaires (20) | | | | | |  Facebook

26/05/2015

Comme pour les grecs; les espagnols méritent d'être pauvres et sans travail

En donnant une victoire ou presque à Podemos lors des municipales et des régionales partielles; les électeurs espagnols ouvrent la voie pour mettre en tête de suffrages les extrémistes de gauche lors des prochaines législatives nationales. L'Espagne qui sort gentiment la tête de l'eau après son naufrage économique dû à des décennies de socialisme, de politique des petits copains, de crédits immobiliers faciles ne pourrait être que temporaire et faire replonger l'Espagne dans la récession, le chômage de masse et la pauvreté. Les espagnols semblent se foutre toutes ces années de rigueur et d'austérité qui commencent à payer et qui redonnent à l'Espagne une croissance et un début de baisse de chômage.

Podemos est une formation d'anti-libéraux forcenés et de fascistes rouges. Les espagnols ont le choix et ils savent que l'histoire n'a jamais mais jamais donné raison aux socialistes, aux communistes et autres idéologue gauchistes.  Si les espagnols veulent se re-remettre dans le merde en donnant le pouvoir à ces fascistes rouges qu'ils le fassent mais qu'ils ne viennent pas se plaindre ensuite d'avoir été trompés. Ils savent très où ils mettent les pieds en votant pour de tels cinglés.

D.J

19:25 Écrit par Dominique Jordan dans Monde, Politique | Lien permanent | Commentaires (6) | | | | | |  Facebook

20/05/2015

Comment boycotter efficacement Israël ? Une liste complète enfin à ta disposition !

mi boycotteur d’Israël — ton « entité sioniste » préférée — voici une liste qui va te permettre d’aller au bout de tes convictions ! J’espère que cette liste te sera utile et t’invite à la partager avec ta famille, tes amis, etc.

BOYCOTTER ? OUI, MAIS BIEN !

 

EPISODE 1 : PROMENADE DU COTE DES NOUVELLES TECHNOLOGIES

Processeurs Intel Pentium et Celeron : ils équipent la plupart des PC, portables et notebooks. Notez par ailleurs que le prochain processeur Ivy Bridge sera produit en Israël et équipera tous les ordinateurs sous Windows XT, alors que la plupart des OS Microsoft reposent déjà beaucoup sur des développements « made in Israël ».

Logiciels Antivirus et pare-feu : des technologies qui ont vu le jour en Israël, souvent d’ailleurs dans le cadre de projets militaires. A bannir donc absolument !

De plus, les algorithmes utilisés aujourd’hui pour envoyer des emails ont été mis au point par un chercheur israélien de l’université Ben-Gourion de Beer-Sheva en 1980. Ami boycotteur, il va donc falloir arrêter de se contenter de ne plus boire de Coca-Cola et aller jusqu’au bout. Courage – quand on veut, on peut !

Bien entendu, ton téléphone portable doit lui aussi être mis au placard, car les technologies à l’origine de ton Smartphone préféré sont malheureusement israéliennes. Eh oui, c’est en Israël que voit les premiers « mobiles » voient le jour.

Adieu aussi aux « Textos » (ou SMS), car ce sont ces saligauds d’Israéliens qui sont à l’origine de cette technologie.

Quant à la 4G, je suis vraiment désolé, mais les puces et processeurs qui équipent vos téléphones portables sont eux-aussi israéliens. Pas cool…

Idem pour votre messagerie téléphonique. Mais en même temps, vu que votre mobile est au placard, elle ne vous sert sans doute déjà plus à grand chose. Eh oui, il faut voir le côté positif des choses :)

Facebook… Voilà un autre dossier épineux. De très nombreuses applis Facebook sont israéliennes. Même constat malheureux pour les technologies de recherche sur le web. Sorry.

Pas la peine d’évoquer les technos de « home entertainement » comme la VOD, qui utilisent des logiciels israéliens. Mais là, pas trop grave, c’est que du superflu (ben oui, le côté positif des choses!).

Evidemment – on le sait tous déjà depuis longtemps – la clé USB est une invention israélienne et les technologies de stockage les plus performantes sont israéliennes. Donc là, je compte sur vous pour faire passer le mot.

EPISODE 2 : ET SI ON ALLAIT VOIR DU COTE DE NOS ALIMENTS PRÉFÉRÉS ?

QU'EST-CE QU'ON MANGE ?

Je vous dirai d’abord d’oublier les tomates cerises. Ben oui, c’est un fruit imaginé par l’homme – israélien en l’occurrence.

Le miel pose aussi de plus en plus problème, car les solutions utilisées partout dans le monde pour sauver les colonies d’abeilles sont développées en Israël. Mais j’imagine que tu n’aimes pas le miel, right ?

Le plus compliqué, ça va être d’identifier l’origine des aliments que tu consommes. Tous les fruits et légumes issus de pays / régions du monde utilisant des technologies d’irrigation israéliennes doivent absolument être bannis. Parmi ces régions / pays : la plupart des pays africains, la Chine, l’Inde, l’Indonésie (aussi incroyable que cela puisse paraître), le Népal, et bien d’autres.

Sans oublier bien entendu les nombreux fruits et légumes (y compris bios) qui ont bénéficié de technologies et de développements israéliens, permettant à des millions de personnes de ne pas mourir de faim. Mais on est d’accord – ce n’est pas une raison !

EPISODE 3 : « BONNE SANTE ! » – CAR SANS LA SANTE, TOUT EST FOUTU !

IceCure - La fin des cicatrices post-chirurgie !

Ami boycotteur, il va falloir te résigner à revenir aux princeps et laisser tomber les génériques (beaucoup d’entre eux, mais pas tous). Il te faut bannir les produits développés par TEVA, 1er laboratoire pharmaceutique mondial.

Pour le reste, il te suffit te suivre quelques petites précautions et tout ira bien :

CANCER – Israël est à la pointe des traitements et des médicaments en la matière et ce, depuis des dizaines d’années. En même temps, les hommes ont vécu des millénaires sans moyens de soigner le cancer, donc tu le pourras aussi. Encore une fois, si tu veux aller jusqu’au bout de tes convictions, ce n’est qu’une question de volonté !

HIV / SIDA – L’Institut Weizmann et l’Université Hébraïque de Jérusalem sont tes pires ennemis ! Ils ont notamment développé ou amélioré les traitements à base d’AZT (une invention du Pr. Horwitz) et d’Hypéricine. Leurs centres de recherche ont aussi mis au point un traitement permettant de détruire les cellules infectées par le virus sans impacter les cellules saines. Une « élimination ciblée » en d’autres termes (pardon pour le jeu de mots…)

DIABÈTE – Il te faut prendre soin de ne pas utiliser les outils de mesure et d’injection d’insuline développés par les scientifiques israéliens.

SCLÉROSE EN PLAQUE – Bannir le Copaxone, l’un des médicaments les plus efficaces, malheureusement mis au point par TEVA. Idem pour le Laquinimod.

PARKINSON – Fais-toi enlever au plus vite le pacemaker qui permet non seulement de traiter tes problèmes cardiaques mais aussi d’atténuer de nombreux troubles liés à ta maladie de Parkinson. Arrête le Levodopa, utilisé pour pallier le déficit en dopamine dans la maladie de Parkinson.

Bien entendu, on laissera aussi tomber les outils de détection des maladies cardio-vasculaires et l’artériosclérose. Ces maladies finiront bien par disparaître d’elles-mêmes !

EPILEPSIE – Arrête au plus vite tout traitement qui aurait pu être « contaminé » par la découverte (israélienne) du gêne mutant responsable de cette maladie. Adieu aussi aux bracelets qui envoient des alertes en cas de crise.

Il faudra aussi penser à bannir:

  • Les traitements d’immunothérapie par anticorps utilisés dans les maladies du foie.
  • Les thérapies par remplacement de protéines développées pour le traitement des emphysèmes.
  • Le médicament Velcade, développé après 30 ans de travaux à l’université de Haïfa contre le myélome.
  • Les outils les plus efficaces de diagnostic de l’apnée du sommeil.
  • Les outils on-line pour le traitement de la dyslexie.
  • Les crèmes sans stéroïdes utilisées dans le traitement des maladies de peau / allergies cutanées (pas grave, il existe un tas de crèmes avec stéroïdes).

Avant toute intervention chirurgicale : assure-toi que les cathéters utilisés par ton hôpital n’utilisent pas les produits contre les infections israéliens, notamment les plastiques innovants qui neutralisent les micro-organismes.

Attention aussi aux chirurgies de la gorge – elles utilisent souvent des technologies israéliennes de lasers médicaux.

En cas de colonoscopie ou de toute autre gastro-exploration, veille à ce que le médecin n’utilise pas la caméra Pillcam, israélienne malheureusement. Refuse toute chirurgie cardiaque qui pourrait conduite à une transplantation cardiaque – la première a eu lieu en Israël.

Encore plus vicieux : des chercheurs israéliens ont mis au point des méthodes permettant dans certains cas à des personnes en attente de transplantation rénale de bénéficier d’un organe d’un donneur, même s’il n’est pas du même groupe sanguin.

En cas de radiographie, assure-toi que tu as bien ta dose de rayons X. Le seul appareil de radiographie qui pourrait t’éviter une exposition aux rayons X est israélien.

Toute infection bactérienne doit être traitée avec les anciennes générations de traitements – désormais inefficaces et résistantes aux antibiotiques. Les nouveaux traitements – efficaces – sont le fruit d’une découverte israélienne.

En cas de fracture sérieuse, rejette tout traitement qui pourrait être à base de collagène. Ce sont des produits manufacturés dans l' »entité sioniste ».

Refuse tout système de protection contre le syndrome de mort soudaine du nourrisson – le moniteur respiratoire BabySense est une invention israélienne.

Idem pour les soins dentaires – Israël étant à la pointe, il te faut te mettre d’accord avec ton dentiste avant toute intervention. Il en va de la santé de ton boycott !

 

Voilà. Avec cette liste, je pense que tu as de quoi compléter la liste des produits qui circule en ligne et que nous connaissons tous deux très bien – moi parce que je les adore, toi parce que tu les abhorres !

Bon courage ami boycotteur. Soit fort dans ta quête contre Israël car cela va être très compliqué mais au moins tu seras cohérent avec toi-même. Car, entre nous, boycotter le Coca-Cola et les avocats d’Afrique du Sud et du Pérou parce qu’ils pourraient venir d’Israël, c’est un peu trop facile :)

 

GOOD LUCK BRO’ ET N’OUBLIE SURTOUT PAS LA CAUSE SUPRÊME :

boycott-israel9910 (1)

20:06 Écrit par Dominique Jordan dans Monde, Politique | Lien permanent | Commentaires (44) | | | | | |  Facebook

16/05/2015

Les forces spéciales américaines ont éliminé un haut responsable de l'EI

Abou Sayyaf un haut responsable de l'EI a eu le sort qui est réservé a des types comme lui qui décapitent ou brûlent vifs otages et prisonniers. Il vient d'être abattu dans l'est de la Syrie par les forces spéciales américaines dans une opération pour le capturer lui et sa femme. Cette dernière est entre les mains des américains dans une de leur prison en Irak.

Dans cette opération selon " Le Monde " et de source officielle syrienne, 40 combattants de l'EI furent aussi abattus par les forces spéciales américaines. Aucun commando américain fut blessé ou tué dans cette opération. 

Première opération terrestre officielle de l'armée américaine dans ce conflit et premier joli carton. Bravo les boy's !!!!!

D.J

 

17:51 Écrit par Dominique Jordan dans Intégrisme, totalitarisme, USA | Lien permanent | Commentaires (8) | | | | | |  Facebook

14/05/2015

F.Hollande perpétue la tradition socialiste envers les criminels communistes.

La visite de François Hollande à Cuba et son léchage de pompe envers Fidel Castro perpétue la tradition socialiste qui veut que les criminels communistes soient tous fréquentables. Bon faut dire qu'il y a une autre tradition socialiste qui veut que le communisme dans les sociétés communistes n'ont jamais été communistes. Que l'URSS n'a rien ni de communiste ni de socialiste. Que les dizaines et dizaines  de milliers trotskystes et de marxistes-léninistes occidentaux aient adulé pendant des décennies les deux grands concepteurs du système soviétique Trotski et Lénine n'y fera rien. Le négationnisme sur la réalité du communisme est dans l'ADN des socialistes.

Bref que Fidel Castro ait les mains ensanglantées de 30'000 cubains victimes de la répression politique du pouvoir communiste des Castro et que François Hollande a serré en toute amitié n'a pas ému énormément de monde. Quand on est socialiste et que l'on va rencontrer une ordure qui est au pouvoir on a toujours la morale avec soi du moment que l'ordure adulé soit communiste.

Pour ceux qui veulent me ressortir l'éternel histoire  du blocus " criminel " imposé par les Etats-Unis qui prive la population cubaine des bien de première nécessité; qu'ils lisent un peu ce qui il y a d'écrit ci-dessous. Il n'y a jamais eu de blocus économique imposé par les Etats-Unis mais seulement un embargo bilatérale entre les deux pays USA et Cuba. Embargo qui ne concerne pas les autres pays du monde qui ont toujours eu le droit de commercer librement avec Cuba.

Par exemple les relations économiques entre la France et Cuba ont progressé sous embargo US de 221% ces 5 dernières années.

http://www.tresor.economie.gouv.fr/9953_le-commerce-bilat...

Importation de voiture à Cuba à nouveaux autorisés non pas par les USA mais par le pouvoir de la Havane.

http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2013/12/19/l-impo...

Taxation en 2012 des produits d'importation courantes décidé par la Havane qui va encore renchérir les prix des produit de bien de premières nécessités.

http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2012/09/04/97002-2012090...

Ci-dessus résultat du " blocus " économique et " criminel " imposé par les américains. Des hôtels de vacances sur l'île de cuba comme sur l'image " l' hôtel Sol Palmeras à Varadero " pleine de bouffe, de boissons et de médocs pour le plus grand plaisir des vacanciers.

Je finirais pas mettre en lien cette vidéo d'une dissidente cubaine qui met à mal la propagande castriste sur l'éducation et la santé que l'on dit une réussite du régime castriste. ( Merci Greg )

 http://www.bfmtv.com/mediaplayer/video/cuba-le-regime-cas...

D.J

20:56 Écrit par Dominique Jordan dans Monde, Politique | Lien permanent | Commentaires (15) | | | | | |  Facebook

13/05/2015

La tour 7 = fantasme des complotistes prêt à gober n'importe quoi. Comme d'hab.

La tour 7 s’est effondrée toute seule, verticalement, sans avoir été percutée : la démolition de cette tour aurait donc été provoquée au moyen d’explosifs, dans le but de détruire les documents compromettants de la CIA qui étaient archivés à l’intérieur. La tour 7 est la seule à s’être effondrée sans avoir été percutée par l’un des avions détournés. Sa chute est donc une véritable aubaine pour les conspirationnistes. Il est nécessaire de remettre quelques pendules à l’heure à propos de cette fameuse tour 7 sur laquelle on a écrit tout et n’importe quoi. Commençons par cette histoire de « documents compromettants de la CIA »: il s’agit d’un pur fantasme complotiste, inventé de toutes pièces pour justifier l’idée d’une démolition planifiée de la tour 7. Si la CIA avait des documents compromettants à détruire, elle était parfaitement capable de les faire disparaître sans faire sauter l’immeuble tout entier. Mais la question centrale est celle-ci: la tour 7 pouvait-elle s’effondrer sans explosifs? Le film Loose Change est catégorique: la tour 7 n’a pas pu s’effondrer toute seule. Mais avant de se forger une opinion, il faut avoir en tête plusieurs éléments importants. Premièrement, la tour 7 était située à 100 mètres de la tour 1, et fut directement exposée aux débris incandescents projetés par ses voisines. Deuxièmement, les témoignages concordent sur le fait que la tour 7 a été ravagée par un incendie d’une extrême intensité, et qu’elle a succombé après sept heures d’embrasement: aucun édifice n’est conçu pour résister à de tels dommages. Même si, dans le passé, certains immeubles (moins hauts que la tour 7 et de structure différente) ont résisté à des incendies spectaculaires, rien ne permet d’affirmer que l’effondrement de la tour 7 était impossible sans explosifs. Le film Loose Change essaie de minimiser l’ampleur de l’incendie en montrant uniquement les images des façades où les flammes étaient moins visibles, mais le réalisateur occulte volontairement les images et les témoignages attestant que, sur la façade sud, des flammes s’échappaient d’un trou béant haut de 20 étages. D’ailleurs, l’effondrement de la tour 7 n’a pas surpris les pompiers, qui s’étaient préparés à cette éventualité. Troisièmement, il faut rappeler que la tour 7 était un immeuble à structure métallique, comme les Tours Jumelles. Or, ce type d’édifice présente un certain nombre de vulnérabilités spécifiques par rapport aux constructions en béton, notamment les assemblages (boulonnages et soudages), dont la rupture peut conduire à l’effondrement de l’édifice. Autre vulnérabilité: les phénomènes d’élasticité, qui peuvent déstabiliser l’édifice lorsque le métal des structures est porté à de très hautes températures. Pour finir, il faut préciser que l’effondrement de cet immeuble n’a pas été aussi « parfait » que dans le cas d’une démolition contrôlée, contrairement à ce que les conspirationnistes essaient de faire croire. Lorsqu’on observe attentivement les images, on constate que la tour 7 s’effondre en deux temps. En effet, un premier pan de l’immeuble tombe quand l’un des trois portiques de la structure cède sous l’effet de l’incendie. Une redistribution des charges à l’intérieur de la structure fait alors céder les autres portiques, entraînant l’effondrement de l’immeuble tout entier 6 à 7 secondes plus tard. Il est assez tentant de croire à une démolition planifiée lorsque, sur les vidéos, on voit la tour 7 s’effondrer verticalement, en quelques secondes seulement, mais ce phénomène a été expliqué de façon tout à fait rationnelle dans le rapport du NIST: le vide créé à l’intérieur de la tour par l’effondrement des planchers explique pourquoi la partie supérieure est tombée en « chute libre », donnant aux spectateurs l’illusion d’une démolition contrôlée.

http://www.conspiracywatch.info/

 

19:18 Écrit par Dominique Jordan dans Monde | Lien permanent | Commentaires (1) | | | | | |  Facebook

12/05/2015

Au tour de la Grande-Bretagne de voter conservateur

Après le Likoud en Israël et le GOP aux Etats-Unis voici le parti conservateur britannique de David Cameron qui remporte les élections législatives avec la majorité absolue. Un trio de nations conservatrices qui ne peut faire que du bien pour la préservation du monde libre. Seule tache au tableau. Des trois pays seul les Etats-Unis ont actuellement à leur tête un dangereux individu et cela pour encore un an et demi. Plus qu'à espérer un sans faute pour novembre 2016. Si la démocrate Hillary Clinton est en tête des intentions de vote pour la présidentielle face à ces concurrents du GOP; reste plus qu'à espérer que les sondages se planteront comme ils se sont plantés lors des campagnes électorales en Israël et en Grande-Bretagne.

On notera au passage la bonne santé de l'économie britannique. Qui n'est pas due à un hasard quand un pays est gouverné par une majorité qui croit au vertu du libéralisme économique.

D.J

19:05 Écrit par Dominique Jordan dans Monde, Politique | Lien permanent | Commentaires (10) | | | | | |  Facebook

09/05/2015

70 ans après, a-t-on vraiment compris le 8 mai ?

Par David Martin,

Comme tous les ans, j'ai assisté à deux cérémonies de commémoration de la victoire alliée en Europe. Je dis "en Europe" vu que quelques abrutis écrivent que les Japonais n'ont pas vu la fin de la guerre. Mais j'y reviendrais. En premier, celle de la commune où je travaille . J'y représente mon école en tant que directeur. J'ai d'ailleurs été un peu déçu de voir que peu d'enfants étaient présents. Il est vrai que certains collègues et parents ne relaient pas vraiment nos invitations.
 
En deuxième, celle de mon village en tant que conseiller municipal. Là, plus d'enfants présents. Une légitime fierté,à n'en pas douter où toutes les générations étaient présentes.
 
Mais en surfant sur le net ce matin et en lisant un nombre incalculable de contre-vérités, mensonges, théories du complot, raccourcis délirants, je me prend à me demander si on a vraiment compris ce que représentait le 8 mai.
 
Pour les incultes (mais je sais qu'ils ne viennent pas ici hélas), le 8 mai c'est la fin de la guerre en Europe, c'est la destruction totale et sans condition du nazisme hitlérien. C'est la fin d'un long cauchemar pour l'Ouest, entamé en 1938 , mais qui ne se terminera qu'à la fin des années 80 à l'est pour nos frères polonais, tchèques, hongrois ou roumains.
 
Personnellement, je suis de l'avis de Churchill quand on lui disait que l'alliance avec Staline était contre-nature. Il rétorqua "Si Hilter envahissait l'enfer, je serais prêt à passer un pacte avec Satan". Bien entendu, comme beaucoup, je regrette que l'on n'ait pas écouté des hommes comme Patton qui envisageaient de rejeter les troupes russes hors d'Allemagne et de Pologne sitôt la victoire acquise. Comme je regrette aussi que, malade, Roosevelt eut fait tant de concessions à Yalta, même si l'avancée des troupes soviétiques ne lui laissait que peu de marges de manoeuvre.
 
Mais je suis lassé d'entendre que sans l'URSS, la guerre n'aurait jamais été gagnée. D'une part, l'histoire fiction n'a que peu de sens. D'autre part, si les Russes sont partie prenante de la victoire, les révisionnistes oublient trop vite le pacte germano-soviétique et l'aide énorme qu'apporta l'Amérique en matériel, nourriture et arme à Staline.
 
Disons le franchement , sans l'erreur d'Hitler d'attaquer la Russie, Staline n'aurait pas levé le petit doigt. Il avait déjà obtenu des gains territoriaux conséquents. On peut d'ailleurs se louer de l'obstination d'Hitler à vouloir s'emparer des grandes villes russes. C'est à Stalingrad qu'il perdit une partie de son armée. Les Soviétiques n'ont pu contre-attaquer qu'à cause des erreurs d'Hitler.
 
C'est bel et bien l'Angleterre qui a supporté le poids de la guerre, seule pendant plus d'une année. Et c'est l'Amérique qui l'a supportée dans le Pacifique avant de se lancer dans une difficile reconquête de l'Europe.
 
Le 8 mai 2015, c'est le 70eme anniversaire d'une victoire amère, qui laissa l'Europe en ruine, à l'agonie, occupée sur son flanc est par les fascistes rouges. Mais pas une Europe à la merci de l'Amérique comme on a pu le lire.
 
Que les ignares tapent "Plan Marshall" dans Wikipédia.
 
A défaut de s'instruire (car gageons qu'ils nous sortiront la théorie communiste de la "colonisation par le dollar") , ils nous foutront la paix quelques temps !


http://neoconservatisme.over-blog.com/2015/05/70-ans-apre...

15:16 Écrit par Dominique Jordan dans Histoire | Lien permanent | Commentaires (21) | | | | | |  Facebook

08/05/2015

Les vrais libérateurs ce sont eux

Les américains et leurs alliés occidentaux auront été en 1945 les vrais libérateurs de la tyrannie nazi. Pas comme la vermine communiste soviétique qui n'a rien libéré en y instaurant 44 années de dictature totalitaire communiste sur une bonne moitié de l'Europe. 

12:44 Écrit par Dominique Jordan dans Monde, USA | Lien permanent | Commentaires (7) | | | | | |  Facebook

06/05/2015

11 septembre 2001: faut vraiment ne pas être futé pour croire à une démolition contrôlée des WTC

...la thèse de la « démolition planifiée » se heurte à une objection majeure: nous savons que plusieurs dizaines de milliers de personnes travaillaient chaque jour dans les tours, et que ces bâtiments étaient sous très haute surveillance (le World Trade Center a déjà été la cible d’un attentat à la bombe en 1993). Si la destruction des tours avait été provoquée par des explosifs, il aurait fallu des mois de préparation pour installer toutes les charges explosives et les câbles nécessaires à la démolition. Ces travaux auraient mobilisé de nombreux ouvriers, et auraient nécessité la destruction de certains murs et provoqué d’importantes nuisances. Si tous ces travaux avaient existé, nous aurions des témoins et des preuves. Or, il n’existe pas la moindre trace d’une telle opération, et il est inconcevable que des tonnes d’explosifs aient été posées dans des buildings aussi surveillés que ceux du World Trade Center sans que personne ne s’en soit rendu compte. Pourtant, les partisans de la théorie du complot ont essayé de prouver qu’il était quand même possible d’installer des explosifs dans les tours en toute discrétion. Plusieurs hypothèses différentes ont été avancées. Examinons-les.

Première hypothèse: les explosifs auraient été posés la nuit. Les tours étaient surveillées 24h/24, il y avait des gardiens, et il n’était pas rare que certains personnels des entreprises locataires soient obligés de travailler dans leur bureau une partie de la nuit. De plus, il aurait fallu que les ouvriers travaillent des nuits entières pendant des semaines, toutes lumières allumées, dans le bruit, en plein Manhattan, pour acheminer puis installer des tonnes de charges explosives dans des tours de 110 étages. Et tout cela sans éveiller le moindre soupçon, et sans qu’aucun témoignage ni aucune image ne puisse l’attester.

Deuxième hypothèse: les opérations de maintenance. Le site conspirationniste « Reopen911 » a publié une interview de Scott Forbes, un employé de la tour sud : ce dernier évoque une « opération de maintenance » qui aurait eu lieu dans la tour sud le week-end précédant les attentats, et qui aurait nécessité de couper le courant et de désactiver les systèmes de sécurité pendant une trentaine d’heures. Il n’existe pourtant aucune trace de cette « opération de maintenance ». Aucun autre témoin, aucun document écrit, aucun mail n’évoque cette mystérieuse opération de maintenance alors que, pour couper le courant pendant 30 heures, il fallait forcément avertir l’ensemble des salariés. Le témoignage de Scott Forbes est donc très douteux. Et quand bien même cette « opération de maintenance » aurait effectivement eu lieu, une trentaine d’heures n’auraient pas suffi pour remplir d’explosifs une tour du World Trade Center, même avec une armée d’ouvriers.

Les auteurs du film Loose Change défendent une autre théorie pour expliquer comment les explosifs ont pu être installés dans les tours sans que personne ne s’en aperçoive. Le film cite le témoignage de Ben Fountain, un analyste financier du World Trade Center : dans une interview à People Magazine, Ben Fountain évoque plusieurs exercices d’évacuation inhabituels durant les semaines précédant les attentats. Mais là encore, il n’existe aucune trace de ces exercices, et aucun autre salarié n’a corroboré l’affirmation de Ben Fountain.

Il existe une quatrième hypothèse, certainement la plus ahurissante. Dans un documentaire canadien intitulé 11 septembre, la théorie du complot démontée, on peut voir les extraits d’une interview de l’architecte Richard Cage, membre de l’organisation « Architectes pour la vérité sur le 11 septembre ». Richard Cage reconnaît qu’il était impossible d’installer des explosifs dans les tours sans que les salariés ne s’en aperçoivent : il émet donc l’idée que les explosifs auraient pu être posés lors de rénovations (lesquelles ? quand ?) ou même « lors de la construction de l’édifice », c’est-à-dire 20 ans avant les attentats du 11 septembre. Il s’agit évidemment d’une simple conjecture, qui ne repose sur aucune preuve ni aucun élément tangible. D’ailleurs, cette théorie est techniquement indéfendable car les explosifs sont des produits périssables : ceux qui sont utilisés pour les démolitions contrôlées ont en général une durée de vie n’excédant pas 3 ans ; au-delà de cette période, les fabricants ne garantissent plus leur efficacité.

Pour finir, posons-nous une question très simple mais tout à fait essentielle: pourquoi? Pourquoi piéger les tours avec des explosifs? Pourquoi les auteurs du complot auraient-ils pris le risque d’éveiller les soupçons en piégeant les tours, alors que les avions détournés suffisaient pour faire de nombreuses victimes et pour infliger un traumatisme sans précédent à la nation américaine? Le scénario de la démolition contrôlée est un non-sens. 

Source: https://centriloque.wordpress.com/2013/09/11/11-septembre...

17:58 Écrit par Dominique Jordan dans Monde | Lien permanent | Commentaires (19) | | | | | |  Facebook

04/05/2015

Rien à cirer des prochaines commémorations de la victoire soviétique sur les nazis

Autant dire de suite que je féliciterais tous chefs d'état et homme politique qui boycottera à Moscou le 9 mai la cérémonie commémorant la victoire des soviétiques sur l'Allemagne nazie. Pour commencer, j'en ai raz le c...d'entendre cette propagande pro-russes qui nous bassine que sans l'URSS les nazis n'auraient pas été vaincu. Si c'est vrai dans les fait, c'est un mensonge de prétendre que les soviétiques auraient fait l'essentiel du travail. Sur cela j'y reviendrais un peu plus loin.

Si je m'en tape de cette cérémonie sur la victoire des soviétiques sur les nazis, c'est pour ne pas me faire complice de barbares et d'une idéologie née en Russie qui a fait plus de 80 millions de morts à travers le monde. Les soviétiques en 1945 n'ont rien libéré contrairement aux alliés anglo-américains. Les soviétiques ont juste remplacé une dictature totalitaire part une autre sur une bonne moitié de l'Europe. Les soviétiques puis ensuite les dictatures communistes des pays d'Europe de l'est mis en place par Moscou se sont comportés comme des ordures contre leurs populations pendant plus de 4 décennies. On peut surtout remercier les troupes de l'oncle Sam et ceux de sa majesté britannique d'avoir libéré l'autre moitié de l'Europe.

Revenons à cette victoire militaires soviétiques sur le nazis. Pour commencer c'est surtout l'hiver russe qui dans un premier temps a vaincu les nazis. L'armée soviétique mal équipée ne valait pas un clou se faisait laminer par la Wehrmacht. Sans cet hivers, Moscou serait tombé comme un fruit mûr.

Il a fallut l'apport massif en matériel de guerre de anglo-saxons pour remettre sur pied l'armée soviétique le temps que ses usines qui tournaient à plein régime re-équipe l'armée soviétique. Puis il y avait aussi l'affaiblissement en logistique des troupes allemandes sur le font de l'est par les bombardements alliés sur les industries en territoires allemands, l'anéantissement par les alliés des V1 et V2 qui ont épargné les russes de se les voir prendre en pleine poire, la défaite de l'allié des nazis japonais dans la guerre du pacifique par les américains etc...etc...

http://leblogdjetliberte.blog.tdg.ch/archive/2012/03/01/g...

Quand à glorifier  les 20 millions de morts de citoyens soviétiques dont 11 millions de soldats sous prétexte que ce pays à subit le plus lourd tribut de la seconde guerre mondiale; autant dire que ce n'est pas du à la bravoure des soviétiques face aux troupes allemandes mais à l'incompétence de Staline et de ses délires paranoïaques tel avec ses purges au sein de l'armée rouge en éliminant entre 70 et 80% de ses officiers supérieurs dont au moins 90% de ses généraux de corps d'armée. Expliquant en grande partie la déroute lors de l'offensive Barbarossa jusqu'aux portes de Moscou et les grandes pertes civiles soviétiques. Civiles qui ne pouvaient plus compter sur leur armée pour les protéger de la barbarie nazi.

Rien à f... de cette commémoration du 9 mai à Moscou parce que commémorer la victoire des soviétiques en 1945 c'est aussi commémorer:

-44 ans de dictature communiste en Europe de l'est.

-40 année de dictature communiste au Vietnam, Laos, Cambodge.

-60 années de dictature communiste à Cuba.

-Divers projets totalitaires communistes soutenu par Moscou à travers l'Amérique Latine tel le Chili, Pérou, Nicaragua.

-Pareil pour l'Afrique: Angola, Ethiopie, Mozambique.

-Destruction par les communistes afghan et Moscou de la société civile afghane. Assassinat de masse au sein des populations civiles par les troupes soviétiques, purges et massacres des imams par les communistes afghans soutenu par Moscou radicalisant les musulmans avec la création des les talibans et Al Qaeda.

-Soutien de divers groupes terroristes d'extrême gauche comme les brigades rouges en Italie et la Fraction armée rouge en Allemagne et l'IRA en Irlande.

 D.J

 

 

 

 

20:26 Écrit par Dominique Jordan dans Histoire | Lien permanent | Commentaires (15) | | | | | |  Facebook

01/05/2015

Emeutes de Baltimor: la destruction de villes américaines par la gauche

Avant propos de D.J

Quand le le sénateur républicain noir Herman Cain disait que les démocrates avec leurs générosités à coup d'aides sociales en faveur de la population noir défavorisée rendant cette dernière dépendant de l'état se comportaient comme de vrais esclavagistes; n'était finalement pas des paroles en l'air avec les dernières émeutes aux Etats-Unis que l'on nous décrit " d'émeutes raciales " contre l'injustice dont seraient victimes les noirs d'une police blanche raciste et brutale. On se demande de la part des émeutiers noirs de qu'elle injustice raciale sont il entrain de dénoncer sachant que nombre de commerces vandalisés et pillés par ses mêmes émeutiers sont des commerces tenus par des noirs?

 Mais parler d'un problème racial entre blancs ( surtout des policiers ) et des noirs injustement violentés par ces même policiers comme nous rabâchent sans cesses nos médias n'est pas la cause de ces émeutes mais plutôt une conséquence de décennies de décisions politiques de la gauche américaine. Si cette dernière dans les grandes lignes n'est pas comparable avec notre gauche en Suisse ou en France qui a pris ses racines dans le socialisme; la gauche américaine plus pragmatique et généralement pas anticapitaliste à souvent les mêmes travers que le PS dans sa gestion des villes tant financièrement et tant sur le plan sociale. Car quoi que l'on en dise, il y a aussi une aile gauche chez les démocrates qui n'a rien à envier à nos gauchistes et quand ceux-ci se retrouvent à gérer une ville un état ou un pays comme avec Obama le président US le plus anticapitaliste de l'histoire des Etats-Unis, les effets désastreux sont aux rendez-vous. Guy Millière qui est l'un des plus grand spécialiste français du fonctionnement de la société américaine, nous décrit les raisons historiques de ces émeutes qui ont touché ces temps-ci de plein fouet plusieurs villes des Etats-Unis.

D.J

 

Emeutes de Baltimor: la destruction de villes américaines par la gauche

 

unnamed

Guy Millière – Il a beaucoup été question ces derniers jours des émeutes survenues à Baltimore. Il a été dit, beaucoup, que ces émeutes étaient survenues suite à la mort d’un jeune homme noir peu après son arrestation, musclée, par la police. Immédiatement, les habituels clichés ont commencé à déferler concernant les tensions raciales aux Etats-Unis, les exactions commises par la police américaine contre les noirs, l’existence de ghettos urbains noirs.

Certains faits ont été laissés de côté, qui constituent pourtant l’explication pertinente.

Oui, il existe des tensions raciales aux Etats-Unis. Elles ne viennent pas, pour l’essentiel, de blancs racistes. Elles ne viennent pas non plus de noirs qui ont rejoint la classe moyenne. Elles viennent de noirs enfermés dans une contre-culture faite de délinquance, de gangs, de trafic de drogue, d’agressions, de familles monoparentales. Les blancs, comme les noirs de la classe moyenne, comme tous les autres membres de la classe moyenne aux Etats Unis évitent non pas les quartiers noirs, mais les quartiers noirs pauvres, où l’immense majorité des familles sont monoparentales et où règnent les gangs : tout simplement parce que ces quartiers sont dangereux, qu’on s’y entretue facilement, et qu’on peut aisément y recevoir une balle perdue.

Oui, il y a des bavures commises par des policiers américains. Mais ces bavures sont très rares. Un policier qui procède à un contrôle aux Etats Unis le fait s’il pense avoir affaire à quelqu’un qui a commis une infraction ou un crime. Il ne peut procéder à un contrôle d’identité comme cela se fait en France. Une personne contrôlée qui fait ce que demande le policier, qui agit dans un état de droit, car les Etats Unis sont un état de droit, courra un risque infinitésimal, et très proche de zéro, d’être victime d’une bavure. Plus la personne contrôlée résistera ou fera preuve de violence vis-à-vis du policier, plus elle s’exposera au fait que le policier devra venir à bout de la résistance ou de la violence.

Non, il n’y a pas plus de bavures commises par des policiers contre des noirs. Il y a, pour les raisons susdites, davantage de noirs contrôlés par la police, et plus de noirs faisant preuve de résistance, voire de violence lors d’un contrôle ou d’une arrestation.

Oui, il existe des ghettos urbains noirs, mais à la différence des ghettos où on obligeait, dans certaines sociétés, des gens à résider, ces ghettos là sont des ghettos où des gens vivent parce qu’ils vivent dans la contre-culture décrite plus haut, et vivent donc de la délinquance, de participation à des gangs, de trafic de drogue, d’agressions.

Cette situation d’ensemble est le fruit pourri de politiques de gauche menées depuis cinquante ans. Sous Lyndon Johnson, le gouvernement fédéral a déclaré une « guerre contre la pauvreté ».

Environ les trois quarts des enfants noirs aux Etats Unis naissent d’une mère célibataire

 

Cette guerre a eu des conséquences. Elle en a jusqu‘à ce jour. Elle a détruit les familles noires en démultipliant les mères célibataires : environ les trois quarts des enfants noirs aux Etats Unis naissent d’une mère célibataire. Etre mère célibataire permet de vivre en touchant des allocations substantielles. Plus le nombre d’enfants est grand, plus les allocations augmentent. Vivre en couple ou se marier a pour résultat de faire disparaître les allocations. La fille d’une mère célibataire devient très souvent mère célibataire elle-même, montrent les statistiques. Le fils d’une mère célibataire voit des hommes violents et criminels, et ceux-ci constituent son image de la masculinité.

Les deux tiers des gens emprisonnés aux Etats Unis sont noirs parce que les deux tiers des crimes aux Etats Unis sont commis par des noirs

 

Les deux tiers des gens emprisonnés aux Etats Unis sont noirs parce que les deux tiers des crimes aux Etats Unis sont commis par des noirs.

L’essentiel des noirs morts de mort violente aux Etats Unis sont tués par d’autres noirs. L’essentiel des policiers tués dans l’exercice de leurs fonctions aux Etats Unis, quelle que soit leur couleur de peau, sont tués par des noirs.

Au cours des dernières décennies, nombre de grandes villes aux Etats Unis ont vu les blancs, et, globalement les classes moyennes, partir vers les périphéries, et les quartiers qu’on appelle ghettos urbains noirs se sont mis en place. (Quelques villes sont exemptes parce qu’elles font l’inverse et poussent les noirs vers l’extérieur : San Francisco, par exemple).

Des villes sont mortes de ce phénomène : en pensant à cela, on pense immédiatement à Detroit, ville en faillite totale, ville du tiers monde au sein des Etats Unis.

Des villes agonisent à cause de ce phénomène : Saint Louis en fait partie, et Ferguson, dans la banlieue de Saint Louis en fait, a fortiori partie. L’an dernier, des émeutes ont eu lieu à Ferguson parce qu’un policier s’est défendu contre un jeune criminel noir drogué qui l’agressait. De multiples commerces ont été détruits, des centaines d’emplois ont disparu. Ferguson est plus délabrée qu’avant les émeutes.

D’autres villes subissent le même sort : Oakland en Californie (la ville vers laquelle San Francisco a poussé les noirs), Washington, DC, où, hors de Georgetown et quelques autres blocs, le danger règne.

Cet article vous a intéressé ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Baltimore subit le même sort.

Les villes mortes et les villes qui agonisent ont une caractéristique commune : elles votent à gauche, ce qui signifie qu’elles votent démocrate.

Les mères célibataires et ceux qui vivent dans la contre-culture noire votent démocrate : parce que c’est par les démocrates que les allocations arrivent.

La gauche américaine entretient la contre-culture noire. Elle entretient un contexte criminogène. Elle entretient un désastre humain où la violence, le crime, la détestation de l’ordre et des droits de propriété devient la règle.

La gauche américaine crée les émeutes.

On a pu lire ici ou là qu’Obama avait très peu fait pour s’occuper du problème noir aux Etats Unis. C’est inexact : il a beaucoup fait pour le problème noir.

Il l’a considérablement aggravé. Le nombre de titulaires d’allocations diverses a beaucoup augmenté sous Obama. Le nombre d’agitateurs sociaux recrutés par le gouvernement fédéral et déployés là où il y a des émeutes (souvent, d’ailleurs, avant les émeutes) a aussi beaucoup augmenté sous Obama.

Obama a beaucoup fait pour accroître la haine des policiers chez nombre de noirs, en particulier chez les adeptes de la contre-culture noire. A chaque fois qu’il a « condamné » des émeutes qui survenaient, il a déclaré au même instant que la « colère » de la population était compréhensible, et que la police pouvait parfois avoir un comportement qui mène à se poser des questions.

Il l’a fait lors des émeutes de Ferguson l’an dernier. Il l’a fait à nouveau. Lors d’une précédente affaire au cours de laquelle un jeune noir avait été tué après avoir agressé un surveillant de quartier privé, il avait déclaré que le jeune noir tué, Trayvon Martin, aurait pu être son fils : il avait raison. Ce jeune noir était le produit des idées délétères de la gauche américaine, dont Obama est la pointe avancée, et venimeuse. Les émeutiers de Ferguson étaient les fils d’Obama. Les émeutiers de Baltimore sont aussi les fils d’Obama.

Tout en créant les émeutes, la gauche américaine blanche et fortunée vit ailleurs et suit les événements à la télévision.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Guy Millière pour Dreuz.info.

 

Je permet pour terminer ce billet en guise de compléments d'info de poster un commentaire écrit en réponse du billet de Guy Millière sur son blog signé par Annika une française vivant depuis plusieurs années aux Etats-Unis et qui également rend vicite de temps à autre sur mon blog.

" Tout est très bien vu et très bien expliqué. Guy est bien le seul que je lise en français qui comprenne l’Amérique. Il y a 35 ans il n’y avait pas de « ghettos » en France, et les français se moquaient des amerlocs incapables d’intégrer leur peuple. Depuis et suite à une immigration massive des pays du tiers monde, le problème s’est rependu en France. Surprise !!

C’est une question de culture et non de couleur de peau. Durant les années de Martin Luther King et son message de paix, Les noirs américains voulaient rejoindre la culture anglo-saxonne et s’assimiler. Puis quand il fut assassiné, les idées racistes (anti-blanc) du Black Panther et Malcom X ont empoisonné l’atmosphère, et crée une contreculture fondée sur la haine des blancs, ainsi que « black is beautiful ». On la retrouve toute aussi vibrante aujourd’huihttp://www.breitbart.com/video/2015/04/30/new-black-panth...

Les gauchistes (démocrates) profitent des scenarios tel celui de Baltimore pour attiser les flammes, et rallier l’électorat noir vers une crise qui n’existe pas – mais qui sert à leur fin gauchiste.
On apprend aujourd’hui que la mort de Mr. Gray alors qu’il était dans une camionnette policière, n’était peut-être pas dû au mal traitement de la police, mais plutôt self-inflicted. Autrement dit aurait donné des coups de tête frustrés sur l’intérieur du véhicule, de hargne d’être ainsi enfermé, et les tournants faisant se serait cassé le cou. On saura bientôt ce qu’il s’est passé. Madame la maire de Baltimore est noire, la chef de la police est noire, le président du pays est noir, la femme en charge du Department of Justice est noire, mais l’Amérique serait quand même raciste ! You bet ! "

Posté par Annika

 

15:30 Écrit par Dominique Jordan dans USA | Lien permanent | Commentaires (8) | | | | | |  Facebook

29/04/2015

Pierre-André Taguieff: "La sur-information prédispose aux théories du complot"

C'est l'un des spécialistes français du complotisme, auquel il a consacré plusieurs ouvrages: le sociologue Pierre-André Taguieff ne pouvait manquer de réagir aux théories fantaisistes qui ont suivi les attaques contre Charlie Hebdo et l'Hyper Cacher de la porte de Vincennes.

Les attentats de janvier à Paris ont donné lieu à un grand nombre de ce que vous appelez des "récits complotistes". En quoi sont-ils différents de ceux qui les ont précédés?

Il faut distinguer d'abord, parmi les complots imaginaires, les méga-complots (tel le 11-Septembre), dont la signification est planétaire, et les micro-complots, locaux ou nationaux, qui se réduisent souvent à des rumeurs de manipulation. Ensuite, parmi les récits complotistes, ceux qui sont élaborés par déduction, disons le complotisme classique, qui consiste à lire les événements à la lumière de croyances dogmatiques, par exemple la main invisible de Satan, des francs-maçons ou des "Sages de Sion" dans l'Histoire, et ceux qui le sont par induction, à partir d'une hypercritique des "récits officiels", démarche caractéristique de ce que j'appelle le néocomplotisme. 

 
 

Depuis la mise en doute de la "version officielle" du 11-Septembre, le premier geste accompli par les nouveaux conspirationnistes est le relevé de "détails" supposés troublants ou d'incohérences supposées flagrantes, à partir desquels ils s'autorisent à prendre la pose d'un étonnement ostentatoire: "Qu'y a-t-il derrière?", "Qui est derrière?" et "A qui profite l'action terroriste?" Vient ensuite la mise en doute explicite des "versions officielles" de l'événement, qui justifie elle-même la formulation d'hypothèses "alternatives" supposées explicatives, où les commanditaires de l'opération, réduite à une machination ou une manipulation, sont désignés clairement ou seulement suggérés. La plupart des petites "théories du complot" contemporaines sont bricolées selon ce mode d'inférence mimant une enquête policière et recourant à l'hypercritique des explications "officielles". 

Dès le 8 janvier 2015, le lendemain de l'attentat contre Charlie Hebdo par les frères Kouachi, on a vu circuler sur le Web des thèmes complotistes mettant en cause la "version officielle" des faits. L'hypercritique du récit "officiel" de l'attaque meurtrière devait aboutir à une mise en accusation dont la conclusion était connue d'avance: les autorités et les médias mentent et manipulent l'opinion pour des raisons secrètes qu'il s'agit de dévoiler. 

 

On doit pointer la forme nouvelle prise par cette hypercritique, rendue possible par l'extension du Web: les complotistes jouent sur les images (photos ou vidéos), ou plus exactement sur des lectures biaisées de ces dernières. Le matériel visuel sélectionné joue le rôle d'une base empirique, occasion de formuler des hypothèses interprétatives douteuses. Les argumentations néocomplotistes, disons post-11-Septembre, prennent appui d'une façon croissante sur des démonstrations visuelles, par la mise en ligne de photos et de vidéos montées et décryptées de telle sorte qu'elles paraissent vérifier l'hypothèse d'une manipulation. Ici encore, le relevé de détails prétendument "troublants" débouche sur le jugement attendu, dont la forme minimale est la suivante : cette affaire hautement médiatisée est "louche". Il convient donc de la réinterpréter, poursuivent les complotistes, en répondant à la question rituelle "À qui l'attentat profite-t-il?"  

Les petites "théories du complot" qui ont suivi les attentats parisiens relèvent du même mécanisme que celles qu'a suscitées l'affaire Mohamed Merah au printemps 2012. C'est, plus clairement encore, cette même contradiction entre la conviction que l'islam est une "religion d'amour et de paix" et la dure réalité du terrorisme jihadiste, dont les acteurs se réclament d'un islam "pur" ou authentique, qui fait que, face aux attentats islamistes, bien des musulmans en arrivent à un déni de réalité pour échapper à la dissonance cognitive, ce qui les dispose à croire aux pseudo-explications complotistes. 

Celles-ci reviennent à réinterpréter les faits comme autant d'indices d'un complot "islamophobe" visant à diaboliser les musulmans en général ("un complot pour salir l'islam" ou "les musulmans") ou à provoquer des affrontements entre musulmans et non-musulmans, voire une guerre civile, dans le cadre d'une stratégie du chaos conçue par des puissances occultes. 

L'attentat contre Charlie Hebdo par les frères Kouachi au nom de l'islam est à son tour dénoncé comme une opération sous fausse bannière. Identifiés au moyen de la baguette divinatoire "A qui profite le crime?", les commanditaires chimériques dénoncés sont toujours les mêmes: les services secrets israéliens ("le Mossad") - visant à "punir" la France d'avoir voté pour la résolution socialiste sur la reconnaissance de l'État palestinien - états-uniens ("la CIA") - visant à provoquer une guerre civile en Europe pour affaiblir cette dernière - ou français, en vue, par exemple, de faire remonter la popularité du président de la République dont le parcours "sans faute", après l'attentat, prouverait qu'il s'y était soigneusement préparé! 

Internet change-t-il la nature même du conspirationnisme?

Non, mais il en augmente la résistance à la critique. Ce qu'on peut attribuer à Internet, outre l'information en temps réel, se résume à un certain nombre d'effets: globalisation des rumeurs, relativisation du vrai et du faux, indifférenciation du réel et du chimérique, saturation informative, qui favorisent l'émergence et la haute diffusion des croyances complotistes. 

Internet accélère et renforce aussi "l'effet mille-feuille" qu'on rencontre dans le néocomplotisme de l'après-11-Septembre: le mitraillage de "preuves" nouvelles qui épuise le malheureux critique des thèses complotistes, qui doit toujours courir après un nouvel argument à réfuter. Quant à l'esprit critique, il se perd dans le torrent des délires inspirés par l'hypercritique des "vérités officielles", principal moteur de la récente vague conspirationniste. 

La suspicion à l'égard des autorités traditionnelles (enseignants, intellectuels, journalistes, dirigeants politiques) a trouvé dans le Web un moyen d'expression privilégié et un puissant instrument de persuasion. 

La "société de la transparence" est-elle un facteur aggravant ou, au contraire, une réponse possible?

Le désir de transparence est une exigence légitime des défenseurs de l'idée démocratique, celle d'un monde où le soupçon serait devenu impossible, l'apparence étant parfaitement conforme à la réalité. Or, l'usage d'Internet radicalise l'impératif de transparence, c'est-à-dire de ne rien cacher et de tout dire, de tout dévoiler, de révéler tous les secrets. 

Le désir de transparence s'avère un désir insatiable, qui aiguise le soupçon, le rend infini. D'où ce paradoxe: la transparence alimente le soupçon qu'elle était censée abolir. La vérité reste ailleurs, comme la réalité. Et la diabolisation de l'ennemi se banalise... Nous sommes embarqués: on ne peut réparer les dégâts commis avec l'outil Internet qu'en recourant au même outil. Il faut donc accepter de descendre dans l'arène, se risquer sur le Web où se mènent les batailles, multiplier les sites et les blogs d'analyse critique du discours conspirationniste, y pratiquer un mode de harcèlement argumentatif combinant établissement des données et réfutation des sophismes constitutifs de la pensée conspirationniste. 

Mais ce processus d'auto-correction engendre des effets pervers. L'exposition aux croyances complotistes s'est considérablement accrue avec l'entrée dans l'information mondialisée et non filtrée. Le désir légitime d'expliquer et de comprendre peut toujours se satisfaire d'idées fausses et douteuses. Or, celles-ci pullulent comme jamais en raison de la dérégulation du marché de l'information, où les faits correctement établis sont mis sur le même plan que les fantasmes et les rumeurs infondées. C'est parce que la sur-information est non maîtrisable qu'elle s'inverse en sous-information. Ce mitraillage informationnel favorise la crédulité et, à travers le rejet systématique des "vérités officielles", dispose à l'adoption de "théories du complot", qui ont la séduction des savoirs alternatifs. 

Le complotisme a-t-il une couleur politique?

Les croyances complotistes prennent toutes les couleurs politiques. A l'époque de la Révolution française, au chimérique complot franc-maçon ou maçonnico-jacobin répond le non moins chimérique complot contre-révolutionnaire, royaliste ou aristocratique. Dans la seconde moitié du XIXe siècle surgit, dans la pensée réactionnaire, le complot judéo-maçonnique, où la figure de l'ennemi révolutionnaire et comploteur passe du franc-maçon au juif, maître secret de la franc-maçonnerie non moins que de l'internationale financière et de l'internationale communiste. Mais le révolutionnaire Bakounine imagine tout autant, en 1872, un grand complot menaçant, en réunissant, dans le même complot juif pour la domination universelle, le pôle capitaliste (la banque Rothschild) et le pôle communiste-marxiste (Marx), soit les deux faces de ce qu'il appelle la "secte exploitante". 

Vers le milieu du XXe siècle, le complot prêté aux élites en place (dirigeants politiques, économiques, etc.) a pris plus d'importance que le complot attribué aux minorités subversives, et fait désormais fantasmer autant à gauche qu'à droite. 

Depuis la fin du XXe siècle, le nouveau méga-complot dénoncé par les extrémistes de gauche comme de droite, c'est le "mondialisme" ou le "Nouvel Ordre mondial", voire le "néolibéralisme". Au "complot islamiste" dénoncé par certains (de droite comme de gauche) répond le "complot islamophobe" dénoncé par les islamistes. Et il y a toujours, à gauche, des dénonciateurs passionnés des complots "réactionnaires" ou "fascistes", comme, à droite, des visionnaires en lutte contre la menace communiste, d'autant plus inquiétante qu'elle est invisible. 

Le complotisme se nourrit de vrais complots et de vraies manipulations. Que répondre à ceux qui disent: "Vous voyez bien"?

Nul ne nie l'existence de vrais complots, de mensonges d'État ou de propagande, de machinations diverses servant d'armes politiques. Les alliances ou les ententes secrètes font partie de la vie politique ordinaire. 

Mais les manipulations avérées dues aux services secrets ne doivent pas faire oublier que ces mêmes services secrets (CIA, Mossad, etc.) sont aussi accusés régulièrement, sans preuves, d'être derrière tous les événements jugés négatifs, troublants ou traumatisants. 

Les professionnels du complotisme sont de grands amateurs de "zones d'ombres", au point d'en voir partout ou de les inventer. Ils ont l'art de les exploiter à des fins politiques. Ce qui reste difficile, c'est de distinguer clairement, dans certaines situations, entre le complot réel qui semble probable (mais non élucidé) et les récits complotistes qui le recouvrent. 

C'est le cas de l'assassinat du président Kennedy, le 22 novembre 1963, objet d'interprétations multiples et contradictoires, où dominèrent dans un premier temps les hypothèses liées à la menace communiste ou à la mafia. Mais certains idéologues conspirationnistes ont aussi diffusé la thèse selon laquelle le président américain aurait été tué sur ordre du "gouvernement mondial" occulte qu'il s'apprêtait à démasquer... 

Comment protéger les "anticomplotistes" de la tentation du complotisme?

Ceux qui dénoncent les "théories du complot" le font en général au nom de normes ou d'exigences rationnelles: attitude sceptique ou exercice du doute méthodique, analyse de la cohérence des prétendues "théories", examen critique des preuves empiriques. Mais les anticomplotistes peuvent eux-mêmes sombrer dans un délire consistant à voir des complotistes et des complots imaginaires partout. Autrement dit, le scepticisme ou le soupçon à l'égard du soupçon ne suffisent pas pour échapper aux visions paranoïaques, à ce que j'appelle la paranoïa banale ou normale, dimension de la pensée sociale ordinaire. 

C'est à travers leur systématisme et leur posture d'accusateurs que les anticomplotistes peuvent sombrer dans un contre-complotisme. Le dogmatisme est une tentation permanente et peut phagocyter l'esprit critique comme le doute sceptique. Les dénonciateurs obsessionnels des faux complots risquent ainsi de ressembler aux obsédés du complot. On peut craindre l'apparition de dénonciateurs fanatiques du complotisme. La frontière est parfois mince entre le désir de lucidité et le délire interprétatif. 

Pour s'immuniser contre cette tentation, le mieux est de se montrer sceptique à l'égard de son propre scepticisme et de s'en tenir à la défense d'un pluralisme réfléchi. Appel à la prudence, comme sagesse pratique. 

Sur la question, Pierre-André Taguieff a publié notamment, chez Fayard/Mille et une nuits: La Foire aux "Illuminés". Ésotérisme, théorie du complot, extrémisme, 2005 ; L'Imaginairedu complot mondial, 2006 ; Court traité de complotologie, Depuis les attentats du 11-Septembre, 2013. 

 

13:33 Écrit par Dominique Jordan dans Monde, Politique | Lien permanent | Commentaires (17) | | | | | |  Facebook

28/04/2015

La fin de la pax américana?

Posté le Mardi 28 avril 2015 par sil

Par Charles Gave (source)

De temps en temps, j’ai un petit coup de déprime quand je constate l’incompétence noire de ceux qui nous gouvernent.

Ce papier fait partie de ceux où je me laisse aller au pessimisme, ce qui est toujours une faute de l’esprit. Que le lecteur se rassure, ca ne va pas durer. Le temps sans doute ou les décalages horaires.

Retournons au début des années cinquante. Le rideau de fer vient de tomber entre Europe de l’Ouest et Europe de l’Est, une guerre civile atroce se déroule en Grèce, un coup d’Etat mené par des sicaires communistes à lieu à Prague, l’Allemagne -qui n’est pas encore de l’Ouest- commence à peine à se redresser, la Grande-Bretagne, exsangue, est en train de liquider son empire colonial, le Japon, sous le commandement d’un proconsul Américain Macarthur voit la Chine en face d’elle basculer vers le communisme et une guerre civile commencer en Corée…et la France et l’Italie ne vont guère mieux tant les communistes sont plus à l’Est qu’à Gauche et représentent plus de 25% de l’électorat, ce qui n’est guère encourageant.

Lors du défilé de la victoire à Berlin en 1945, Churchill, s’en rendit compte avant tout le monde et se tourna vers son aide de camp en voyant défiler les troupes Russes pour lui dire “Nous avons tué le mauvais cochon » . Le pire apparaissait probable. Et là, un miracle de l’histoire se produit. Sous la direction de deux grands Présidents Américains, Harry Truman puis Dwight Eisenhower, une génération de grands serviteurs du bien commun se leva aux USA, symbolisé par Marshall, à l’origine du plan du même nom et cette génération créa des structures qui ont maintenu en Europe la période de paix la plus longue de l’histoire et cette paix dure encore. Naissent en effet d’après guerre l’ONU, mais aussi le FMI, la Banque Mondiale, les organisations mondiales de la santé, du Travail ou du Commerce et à partir de 1958, l’embryon de ce qui allait être la communauté Européenne, avec la signature du Traité de Rome. Mais surtout nait l’OTAN. Car, ce que l’on omet souvent de dire est que finalement ces constructions juridiques qui ont permis le développement de la coopération sur notre continent n’étaient rendues possibles que par la présence de troupes américaines sur le sol Européen.

Sans gendarme, le respect du Droit est assez faible…

L’OTAN constitua l’invisible bras armé qui seul permit le redressement de l’Europe et autorisa ces 70 années de paix. Comme le dit un proverbe Finlandais : « Dans un pays, il ya toujours une armée. Si ce n’est pas l’armée du pays, c’est l’armée du pays d’à coté ». Et entre les Russes et les Suédois, les Finlandais savaient de quoi ils parlaient. Dans le cas Européen, l’armée du pays d’à coté fut bien sur l’armée américaine. Comment l’armée américaine a-t-elle pu demeurer au cœur de l’Europe pendant aussi longtemps, sans que cela ne gène personne, telle est la question?

La structure légale du traité de l’Atlantique Nord fournit un début d’explication. Quelle était donc la structure juridique de cette OTAN qui essaie toujours de rester dans l’ombre ? Il ne s’agissait pas d’un un traité offensif et défensif comme ceux qui liaient la France à la Russie en 1914 forçant la France à la guerre si la Russie le décidait, mais d’un traité uniquement défensif. Si un pays de l’OTAN était attaqué par un pays tiers, tous les autres membres de l’alliance se portaient à son secours. Et pour garantir ce secours, les USA maintenaient 500.000 hommes armés en Europe (en Allemagne, ou en Grande Bretagne, pour être sérieux).

Si un pays de l’OTAN décidait d’attaquer quelqu’un d’autre, comme la France et la Grande Bretagne le firent pour l’Egypte en 1956, les USA ne se sentaient pas du tout obligés d’aider, bien au contraire. Ce qui limitait les velléités guerrières des vieilles Nations Européennes. Devant cette limitation insupportable à la Souveraineté Nationale, le General de Gaulle décida de sortir de l’OTAN et de créer la force de frappe… Nul doute que si la France avait eu une frontière commune avec la Russie, de Gaulle ne soit restée sagement dans l’OTAN. Dans le fonds, attaquer l’Allemagne, c’était attaquer les USA, mais si la France attaquait quelqu’un d’autre, elle devait se débrouiller toute seule. Et comme il fallait traverser l’Allemagne pour atteindre la France, de Gaulle pouvait bien prendre le risque de demander aux Américains de s’en aller de chez nous…

Comme l’avait dit Foster Dulles à de Gaulle quand ce dernier lui avait demandé de faire sortir les troupes américaines de France “Est ce que nous devons aussi emmener ceux qui sont enterrés en Normandie ? ” ce qui n’avait pas eu l’heure de plaire au General. Mais ca faisait bien et ça ne coûtait pas cher, du moins apparemment. Et donc, le secret le mieux gardé de l’histoire des 70 dernières années a été que la construction de l’Europe politique, le capitalisme Européen et tous nos systèmes sociaux ne se sont développés que grâce à la protection militaire que les USA ont apporté à notre vieux continent et ce depuis 1945.

Ce n est pas l’Europe Politique qui a créée la paix en Europe, comme essaie de nous le faire croire ses thuriféraires, mais ce sont 500.000 GIs, installés aux frontières des colonies de l’URSS, face aux armées Russes.

Tout le monde connaît l’histoire de l’éléphant portant une souris sur son dos, et marchant dans la savane… La souris se retourne et dit fièrement ” tu as vu la poussière qu’on fait?” Voila une bonne description de Bruxelles comme responsable de la paix Européenne.

Je ne suis pas naïf, et je comprends bien que toutes ces institutions ont permis aussi le développement de l’influence des USA, mais quand je compare ceux qui ont signé les traités et organisé le monde après la seconde guerre mondiale avec ceux qui avaient fait la même chose après la première, je ne peux pas m’empêcher de penser que ceux de 1945 ont fait du meilleur boulot que ceux de 1919. Entre Clemenceau et Truman, il n’y a pas photo.

J’ai cependant une petite inquiétude. Après tout à quoi sert l’OTAN aujourd’hui, non pas à nous Européens, mais aux Américains? D’abord, elle leur coûte beaucoup d’argent, et l’argent se fait rare Outre Atlantique.

Qui plus est, le Président Obama a fait ses deux dernières campagnes Présidentielles en disant que le rôle des USA n’était pas d‘assurer la paix chez les autres, mais de s’occuper en priorité des USA. Et ce point de vue est assez largement répandu dans la classe politique US, même chez les Républicains (Voir Rand Paul) Et l’on se demande en effet quels sont exactement les intérêts stratégiques des USA que les troupes Américaines doivent défendre aujourd’hui en Europe et si l’OTAN est un outil adapté ?

Car les pays Européens ne consacrent quasiment rien à leur défense, les élus choisissant toujours la protection sociale au détriment de la Défense. Quand il faut couper les dépenses de l’Etat, on coupe TOUJOURS les dépenses de défense et jamais rien d’autre. On voit mal pourquoi le contribuable américain devrait payer à la place du contribuable Européen et pourquoi la protection sociale aux USA devrait être plus faible qu’en Europe parce que les USA défendent l’Europe qui ne veut pas se défendre toute seule ?

Parce que le travailleur Européen le vaut bien? En effet pas un pays Européen ne consacre plus de 2 % de son PIB aux dépenses militaires (en excluant la Grèce), certains pays sont en dessous de 1%, et les soldats en Allemagne sont syndiqués… Imaginons que le prochain Président des USA ne décide qu’après tout l’Europe est assez grande et assez riche pour se défendre toute seule et qu’il ne voit pas très bien pourquoi une Amérique redevenue indépendante sur le plan énergétique devrait se préoccuper de ce qui se passe au Moyen-Orient, d’où viennent une grande partie des ressources énergétiques de l’Europe alors que les USA ne reçoivent plus rien du Moyen Orient.

Dans ce monde nouveau, pourquoi les USA devraient ils garder deux flottes, l’une en Méditerranée, l’autre dans le Golf Persique pour continuer à protéger une Europe qui ne lui est guère reconnaissante ? Ce même Président pourrait dans la foulée se dire que les armadas américaines seraient plus utiles à Hawaï, au Japon, en Corée ou à Singapour qu’à Bahreïn ou à Naples. Et que s’ils veulent de l’énergie «sûre», les Européens pourraient autoriser l’exploitation du gaz de schiste chez eux, et ne pas fermer leurs centrales nucléaires…

Si l’OTAN venait à disparaitre, nous nous retrouverions en culottes courtes et désarmés comme rarement dans notre histoire. De fait, je n’ai pas le souvenir d’une seule période où l’Europe ait été aussi faible militairement. Et sans l’OTAN, il est à craindre que le reste de la structure juridique créée à partir de 1945 ne tienne pas bien longtemps. Forcer l’Europe à s’armer serait aussi une façon de rendre l’industrie Européenne moins compétitive, puisque quelqu’un devrait payer ce réarmement. Or nous arrivons peut être au moment où les USA se disent sans doute qu’ils ne peuvent plus financer la sécurité Européenne puisqu’ils sont confrontés à des problèmes domestiques importants.

Et le lecteur de se demander : Mais d’ou pourraient venir les problèmes que la faiblesse militaire actuelle de l’Europe empêcherait de traiter si l’OTAN venait à disparaitre ?

La réponse est facile:

1. D’une invasion de nécessiteux, en provenance d’Afrique, créée de toutes pièces par les puissants génies tels BHL ou Sarkozy. Cette déferlante a peut être commencé comme on le voit tous les jours au large des côtes italiennes. On ne voit pas comment les USA pourraient aider.

2. D’une progression considérable des forces du terrorisme musulman classique, devant lequel nos Etats se coucheraient paisiblement (voir le livre “La Soumission” d’Houellebecq).Bayrou premier ministre pour organiser la transformation des populations de souche en Dhimmis est un coup de génie. Mais on voit mal monsieur Bayrou demander l’aide militaire des USA en cas de trouble, ni ceux ci l’accorder.

3. D’une «amicale» pression venant de la Russie, nous embarquant dans une jolie guerre des civilisations. Mais eux sont armés et ont vu arriver le coup. Une «reconquistada» Européenne pourra difficilement se produire avec le personnel politique actuel et les institutions Européennes que nous connaissons. Qui plus est, les USA n’aideront en rien un rapprochement avec la Russie, qu’ils perçoivent encore et toujours comme l’ennemi.

En définitive, nous arrivons à la fin d’une époque.J’ai souvent dit et écrit que la durée de vie d’une institution humaine est de 70 ans.La première génération crée les Institutions, la deuxième les entretient, la troisième les exploite à son avantage personnel et donc en détruit la légitimité. L’Europe n’est plus un projet, mais un ramassis de sinécures que le vent de l’histoire va emporter. Qui est prêt à mourir pour l’Europe de Bruxelles? Personne bien sur, et surtout pas monsieur Juncker.

Le Cardinal Lustiger dans son livre d’entretiens « le Choix de Dieu » rédigé avec deux philosophes Wolton et Missika et publié en 1988 avait répondu à la question :”Comment voyez-vous l’avenir de l’Europe si vous prenez en compte le temps long de l’Eglise ?” de la façon suivante : «L’Eglise a probablement perdu l’Europe comme elle a perdu l’Asie mineure entre le huitième et le douzième siècle. Le continent Chrétien sera certainement l’Amérique et peut être l’Asie… et sans doute plus l’Europe».

Or contre cette volonté de sortir de l’Histoire, l’OTAN ne peut rien.

Espérons que ce Cardinal que j’admirais tant aura tort.

http://extremecentre.org/2015/04/28/la-fin-de-la-pax-americana/#more-59630     

19:30 Écrit par Dominique Jordan dans Histoire, USA | Lien permanent | Commentaires (3) | | | | | |  Facebook

23/04/2015

Super la laïcité du régime de Saddam Hussein tout comme celle de Kadhafi

On savait Saddam Hussein très laïc surtout quand celui-ci lançait en 1991 un appel à la guerre sainte contre les troupes de la coalition internationale lors de la première guerre du golf comme il l'a fait aussi en 2003. Sans évoquer bien évidemment le fameux " Allah est grand " sur le drapeau national irakien.

http://tempsreel.nouvelobs.com/tag/saddam-hussein-p28

Hier une info sur le quotidien 24 heures et le site de la Tribune de Genève concernant un document trouvé à ALEP  va passablement emmerder si cela se confirme tout ceux qui par fantasme antiaméricain et anti-sionisme se persuadaient que Daesh était la créature des Etats-Unis et d'Israël. Et qui confirme une fois de plus que le régime de Saddam n'avait rien de laïc. Ce document atteste que ce groupe islamiste radical a bien été élaboré par d'anciens cadres, espions et officiers de l'ancien régime de Saddam Hussein. Ce qui n'est pas une surprise en soit quand on sait que beaucoup d'anciens officiers saddamistes  sont membres de l'état islamique d'Irak et forment les combattants de Daesh. Et ce n'est pas une surprise non plus quand on sait également que l'Irak de Saddam soutenait à l'époque des groupes djihadistes comme Al qeda.

http://www.24heures.ch/monde/moyen-orient/espions-saddam-...

http://www.dreuz.info/2008/04/article-18627433/

Cela fout par terre également la réputation de la laïcité du régime de Saddam où d'anciens cadres du régime n'ont pas hésités une seconde à rejoindre des fanatiques religieux dont le but de ces derniers est l'instauration d'un califat dans toute la région.

C'est amusant de lire sur ce même article que l'on retrouve sur le site de la Tribune de Genève les commentaires des internautes. On y parle déjà de farce ou d'une manipulation de la CIA ou encore toujours la fameuse responsabilité de W.Bush dans la création de Daesh pour avoir renversé Saddam en omettant de dire que c'est leur idole Obama ( à l'époque tout le monde voulait Obama à la Maison blanche pour en finir avec le diable W.Bush ) qui a laissé l'Irak au mains des djihadistes alors que fin 2008 sous W.Bush l'Irak était relativement bien sécurisé et Al Qada défait par la stratégie du général Pétraeus.

On nous ressort aussi le fameux bouquin d'Hillary Clinton où elle accuse les Etats-Unis d'avoir créé Al Qeda sans pour autant préciser la passivité de son mari Bill Clinton suite aux premiers attentats des tours WTC et de l'USS Cole par Al Qaeda alors qu'il était président et qui la laissé ce même Al Qada monter en puissance jusqu'au 11 septembre 2001. Par contre j'envoie le lecteur à l'un de mes billets qui démontre le rôle majeur de l'URSS et des communistes afghans dans la radicalisation de l'islam en Afghanistan lors de l'invasion en 1979 avec à la clé la création des talibans et d'Al qeda.

http://leblogdjetliberte.blog.tdg.ch/archive/2010/01/10/l...

Puisque l'on est plus ou moins dans le sujet je répondrais aussi à ceux qui disent que l'une des causes de l'existence Daesh est le renversement du régime de Kadhafi origine du chaos qui règne actuellement en Libye et l'essor des islamistes radicaux. On nous ressort également pour Kadhafi le couplet du dictateur laïc alors qu'il n'avait rien de laïc. Ils oublient par exemple l'appel de Kadhafi à la guerre sainte contre la Suisse " mécréante " lancé depuis une mosquée à Benghazi devant des milliers de fidèles et cela suite à l'interdiction des minarets voté par les suisses. Ou encore quand Kadhafi déclarait que l'islam doit devenir la religion de toute l'Europe. 

http://rue89.nouvelobs.com/2010/02/26/kadhafi-appelle-a-l...

http://www.rts.ch/play/tv/le-19h30/video/italie-mouammar-...

Quand au chaos libyen, c'était déjà la cas avant l'intervention occidentale. La Lybie était déjà entré dans une guerre civile et se dirigeait dans un scénario à la syrienne. D'un point de vue humanitaire l'intervention occidentale et le reversement du régime était légitime. Kadhafi était une ordure qui massacrait sans hésitation sa propre population civile à l'arme de guerre qui avait eu le malheur de protester contre le régime lors du printemps arabe. Le problème est que ni Sarkozy et ni Obama avait un projet politique post Kadhafi et ont préféré laisser les libyens se démerder tout seul avec les résultats que l'on sait aujourd'hui.

D.J

 

15:53 Écrit par Dominique Jordan dans Monde, Politique, totalitarisme | Lien permanent | Commentaires (19) | | | | | |  Facebook

22/04/2015

Désormais, le mercredi ce sera anti-théorie du complot

A partir d'aujourd'hui je consacrerais tout les mercredi un billet anti-théorie du complot. Je ne le fait pas dans l'espoir de convaincre le adeptes des complots; on ne peut pas faire grand chose pour ramener à la raison les endoctrinés. Mais il certain que la plupart d'entre eux quand ils sont mis face à leur délire qui ne tiennent pas la route avec des arguments rationnels doivent quand même se rendent compte de l'absurdité de leur croyance. Mais vouloir essayer de les raisonner c'est comme vouloir raisonner un astrologue ou un amateur d'horoscope sur l'absurdité des ses croyances avec des arguments rationnels d'astronomie. On peut être de mauvaise foi éternellement, mais on ne peut se mentir à soi-même.

 Je commencerais logiquement par un billet consacré au plus grand des gourous des théories du complot Thierry Meyssan. Un manipulateur anti-occidental qui c'est vendu à des organisations islamistes néonazis tel le Hezbollah et des pouvoirs théocratiques islamique comme l'Iran des mollah et plus récemment avec le régime Syrien. Bref un type  infréquentable, menteur, manipulateur qui s'invente un tas de complots imaginaires pour le plus grand plaisir de ses adeptes endoctrinés.

D.J

  

Conspirationnisme: Thierry Meyssan, le maître à fausser

Par  , publié le 17/04/2015 à 19:46

Avec son livre niant la responsabilité d'Al-Qaïda dans les attentats du 11 septembre 2001, ce Français est devenu une figure clef des complotistes. Depuis, établi en Syrie, il accable "l'Occident et les sionistes" de tous les maux.

La vérité est ailleurs. Il le proclame à la face du monde: l'actualité internationale et son cortège de drames n'ont rien à voir avec ce qu'en disent les médias occidentaux. La tuerie de Charlie Hebdo, par exemple. Elle "n'a pas de lien avec l'idéologie djihadiste [...]. Ses commanditaires les plus probables sont à Washington". La preuve? "Les assaillants n'étaient pas vêtus à la mode des djihadistes, mais comme des commandos militaires." CQFD. De même, les combattants de Daech (organisation de l'Etat islamique) "ont été formés par les Etats-Unis [...], mais aussi par des Français, de la Légion étrangère". Rien d'extraordinaire, quand on sait qu'"Al-Qaeda assure la sécurité de l'Etat d'Israël face à la Syrie"... Ceux qui ne le croient pas sont manipulés par la "propagande impérialiste états-unienne et sioniste"... 

 

Notre dossier sur le complotisme
>>> Enquête sur la folie des complots
>>> Le complotisme ou la défaite des journalistes
>>> Quand les politiques croient au complot
>>> Pierre-André Taguieff: "Trop d'info crée le complot"
 

Voilà près de quinze ans que le Français Thierry Meyssan récite son credo: les Etats-Unis, l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord (Otan) et Israël mènent un complot à l'échelle mondiale pour asservir les pays "non alignés" - Syrie, Iran et Venezuela en tête. Pour tenter de le démontrer, tous les moyens sont bons. Plus c'est gros, plus ça passe. En 2002, Thierry Meyssan lance un bobard ahurissant: dans son livre L'Effroyable Imposture, il affirme que les attentats du 11 septembre 2001 sont en réalité une manipulation d'"une faction du complexe militaroindustriel américain". Selon lui, aucun avion ne s'est écrasé sur le Pentagone ce jour-là. Cette thèse absurde rencontre aussitôt un écho international. 

Depuis lors, Meyssan, ex-militant de la liberté d'expression, est devenu l'un des chefs de file mondiaux du complotisme. Etabli à Damas, il est aujourd'hui, à 57 ans, à la tête d'une véritable entreprise de désinformation, mise au service de la propagande de régimes autoritaires et de dictatures. Incroyable destin pour cet homme qui a eu plusieurs vies, et autant d'engagements. 

"Il voulait bénéficier de financements étrangers"

Thierry Meyssan est né le 18 mai 1957 à Talence (Gironde), dans une famille bourgeoise catholique. Son père travaille au côté de Jacques Chaban-Delmas, maire de Bordeaux et Premier ministre (1969-1972). Sa mère dirige les oeuvres interdiocésaines en Aquitaine. Le jeune Meyssan entame des études de théologie avant d'opter pour Sciences po, dont il n'obtiendra pas le diplôme. Il appartient aussi au Renouveau charismatique, mouvement catholique qui met en valeur les dons de "guérison" et de "prophétie". A 19 ans, le jeune homme se marie. Mais, dans les années 1980, sa vie prend une autre direction. Meyssan est maintenant libre-penseur et clame son homosexualité. Il obtient du Vatican l'annulation de son mariage religieux, un fait rare. L'homme milite pour les droits des homosexuels, s'investit dans la lutte contre le sida, s'essaie au journalisme. En 1993, le voici secrétaire national du Parti radical de gauche (PRG). "Il était très actif et avait un carnet d'adresses bien rempli. Son ambition était de faire une carrière politique", affirme un de ses anciens compagnons de route. L'année suivante, Thierry Meyssan fonde le Réseau Voltaire pour défendre la liberté d'expression et la laïcité. Des cadres de partis de gauche (Verts, PCF, PRG) et de syndicats siègent au conseil d'administration. Philippe Val y représente...Charlie Hebdo. Au quotidien, le Réseau Voltaire, qui multiplie les révélations sur les filières d'extrême droite, est constitué d'un duo: Thierry Meyssan et son compagnon, Serge M., seul salarié de l'association, à 8000 francs par mois. 

Il quitte la France en 2008 pour échapper à un invraisemblable "contrat" que Nicolas Sarkozy aurait mis sur sa tête 

"Meyssan avait un fond paranoïaque, se souvient Yves Frémion, ancien vice-président du Réseau Voltaire et ex-élu Vert. Régulièrement, il racontait les tentatives d'assassinat auxquelles il avait soi-disant échappé... Ensuite, il a "pété les plombs" par autoritarisme." Son glissement de la gauche vers la mouvance rouge-brun, l'antiaméricanisme et l'antisionisme virulents, prend une tournure publique en septembre 2001. Dès le lendemain des attentats, Thierry Meyssan met en doute leur réalité. Six mois plus tard, il publie L'Effroyable Imposture. Succès immédiat: vendu à 250 000 exemplaires, le livre est traduit en 26 langues. Mais ses élucubrations suscitent aussi un énorme tollé. Les membres du Réseau Voltaire finissent par prendre leurs distances. "Rapidement, Meyssan a été approché par des gens travaillant pour un état du Proche-Orient, relate Yves Frémion. Ils lui ont livré clefs en main des documents censés démontrer que le Pentagone avait été frappé par un missile américain..." L'association explose en février 2005. "Il voulait modifier les statuts pour créer des sociétés et bénéficier du financement de pays étrangers, raconte Gilles Alfonsi, qui représentait alors le Parti communiste au sein du réseau. Le conseil d'administration était noyauté par ses nouvelles connaissances, notamment un pseudo-scientifique qui avait nié l'existence des chambres à gaz lors du procès [du négationniste] Robert Faurisson." 

Il relaie désormais la propagande du régime de Bachar el-Assad

En 2006, Thierry Meyssan effectue un premier voyage au Liban et en Syrie, peu après des attaques israéliennes contre les bases duHezbollah. Il est l'invité de ce dernier et du régime de Damas. Deux ans plus tard, pour échapper à un invraisemblable "contrat" que Nicolas Sarkozy - "élu grâce à la CIA" - aurait mis sur sa tête, l'amateur de complots s'installe à Damas, dans le quartier des ambassades. Il devient un expert habilité auprès d'une cohorte de médias "antioccidentaux" ou "antisionistes": chaînes télé du Hezbollah et du régime iranien, RT (ex-Russia Today, pro-Kremlin), radios et quotidiens syriens... Le site Internet du Réseau Voltaire international revendique 760 00 visiteurs uniques par mois. Le véritable ordre de grandeur se situe plutôt autour de 20 000 à 30 000. 

Cependant, il est traduit en 16 langues. Ce qui nécessite d'importants moyens financiers et humains. Lesquels? Les indices affleurent. A Damas, Thierry Meyssan forme des cadres du régime au sein de l'institut de recherche politique Syria Al-Ghad (Syrie Demain). Le vice-président du Réseau, Issa el-Ayoubi, est un cadre du Parti social nationaliste syrien, formation d'inspiration nazie créée dans les années 1930. "Thierry Meyssan a choisi de s'allier avec les pires antisémites tout en se gardant de manier lui-même cette rhétorique, poursuit Gilles Alfonsi. Voilà toute la malignité et la perversité de son discours." 

Depuis le déclenchement de la guerre civile syrienne, en 2011, notre "journaliste en exil" assure, en vidéo, le service après-vente de la propagande du régime de Bachar el-Assad. Le message est simple: la Syrie est victime d'un terrible complot mêlant l'Occident, Israël et Daech... Thierry Meyssan n'est jamais à court d'explications, même s'il doit les trouver par-delà les frontières du réel. En revanche, bien que sollicité à plusieurs reprises par courrier électronique, il n'a pas donné suite à nos demandes d'entretien. 

Ses idées discutées chez Soral et Dieudonné

Depuis la tuerie de Charlie Hebdo, il semble de nouveau s'intéresser à la politique française. Le faussaire est apparemment satisfait que ses idées soient discutées au sein du groupuscule Réconciliation nationale, fondé par Dieudonné et Alain Soral, polémiste qui se définit lui-même comme "national-socialiste français". "Cette formation entend réunir des citoyens d'origines politiques différentes, y compris des personnes ayant milité à l'extrême droite antisémite", écrit le Réseau Voltaire. La vérité surgit parfois là où on ne l'attend pas... 


http://www.lexpress.fr/actualite/societe/conspirationnism...

Source: http://www.conspiracywatch.info/

15:16 Écrit par Dominique Jordan dans Monde, Politique | Lien permanent | Commentaires (7) | | | | | |  Facebook

21/04/2015

Quelles solutions pour éviter de nouveaux drames de l'immigration?

Des mesures pour contenir l'immigration peuvent résoudre une partie de la clandestinité et de limiter des drames tel celui qui vient d'arriver au large de la Méditerranée avec au bout de l'enfer 800 morts. L'on pourrait soit par un système d'immigration temporaire tel que l'on a connu en Suisse ou comme le suggère Gary Becker prix nobel d'économie, serait de faire payer les nouveaux arrivants; puisque ces derniers investissent et payent ( par exemple les passeurs )  pour arriver au pays de destination, on remplacerait ainsi l'immigrant légal ou illégale en immigrant payant ou fraudeurs. Le tarif serait déterminé par le profit escompté que rapporterait le candidat à l'immigration au pays d'accueil. Le pays d'accueil tire un avantage économique, mais subit aussi des coûts sociaux; cela s'évalue et devrait déterminer le tarif d'une immigration véritablement choisie.

Ainsi l'immigrant ne paierait plus les passeurs illégaux mais gardera son argent qu'il pourra négocier légalement avec les autorités du pays d'accueille. 

 

Source: ouvrage " L'économie de ment pas " de Guy Sorman ed. Fayard

14:24 Écrit par Dominique Jordan dans Economie, Monde | Lien permanent | Commentaires (5) | | | | | |  Facebook